Arts
Lancement de la Biennale des Ecritures du Réel à Marseille

Lancement de la Biennale des Ecritures du Réel à Marseille

14 mars 2012 | PAR Olivier Handelsman

Demain mercredi 14 mars s’ouvrira la première Biennale des Écritures du Réel, initiée par la Cité-Maison de Théâtre de Marseille. Un patchwork d’événements théâtraux, musicaux et littéraires promouvant la culture de l’authentique et de l’empirique à suivre si vous vous trouvez dans la région. Dans un monde asséché par les impératifs de la loi des marchés, où à chaque instant quelque chose se perd, se casse, et se réduit, et disparaît, et à qui le tour ? Être à contre-courant d’une société de consommation qui pervertit les désirs en pulsions, comme l’écrit le philosophe Bernard Stiegler invité de cette Biennale, d’une société médiatique qui fait son miel de chimères qui nous éloignent de la vie réelle, de son épaisseur et de son mystère. Dans ce monde devenu incompréhensible, où tout va si vite, nous aspirons à un temps pour de nouvelles conversations, pour des rencontres inédites qui débordent les cadres, présupposés, préétablis, diagnostics et expertises en tous genres.

Écrire le réel comme une expérience sensible du côtoiement de l’autre, celui qui m’est étranger. Non pas un simple miroir, mais le lieu où ce qui est vécu, s’exprime et se pense dans cette relation. C’est dans cette tension que s’invente une écriture des passages, des épreuves, du présent en éveil. L’histoire ne s’écrit plus comme si elle avait une fin, elle n’est pas faite de personnages, mais de personnes, je l’écris et elle m’écrit. Elle est mouvement. Ces récits d’un territoire, d’une communauté, d’une personne, d’un espace comme celui de l’école ou du travail, engagent à des réceptions nouvelles qui construisent du commun.

De personne à personne, quelque chose circule ici qui nous relie au monde et à nous-mêmes. Les langues du dehors s’entendent, non plus comme un écho lointain, mais dans le présent des frictions entre les dires. S’inventent alors d’autres jeux, avec d’autres joueurs et des règles nouvelles à imaginer. Les espaces de création s’ouvrent aux chants des autres, comme une terre possible des égalités. Printemps des gestes qui se joue des séparations entre les disciplines artistiques et fait sentir son souffle du théâtre au cinéma, à la littérature, à la peinture et à la photographie.

Et franchir des frontières encore, inviter des chercheurs, philosophes, à mettre leurs pensées en dialogue avec les expériences artistiques et sensibles qui surgissent là. Mettre le réel en jeu, dans le croisement des arts, des sciences et des savoirs à priori non savants.

Le calendrier des événements de cette biennale est le suivant :

 

 

Du mercredi14 mars au dimanche 18 mars

 

 

 

 

 

 

Du mardi 20 mars au dimanche 25 mars

 

 

 

 

 

 

Du mardi 27 mars au samedi 31 mars

 

 

 

 

 

 

 

Du lundi 2 avril au samedi 7 avril

Miss Knife habille Olivier Py de lumière à l’Odéon
Didier Decoin, chronique du livre qui a inspiré le film 38 Témoins : Est-ce ainsi que les femmes meurent?
Olivier Handelsman
Olivier Handelsman est étudiant en master de management à Grenoble École de Management, et étudie en échange à la Simon Fraser University de Vancouver (Colombie-Britannique, Canada) au second semestre 2013-2014. Licencié de Sciences Économiques à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne, Olivier est intéressé par la micro-économie, l'entrepreneuriat, le management stratégique, de l'innovation, de la musique, des systèmes d'information et des nouvelles technologies. Olivier Handelsman a été scénariste de courts et longs-métrages en machinima (images de synthèse issues de jeux vidéo), et a une expérience professionnelle de pigiste dans différents médias tels que le journal Le Point (hors-série Références), PC Jeux et Millenium Source, ainsi que d'auditeur de service client, de programmeur Visual Basic et de démonstrateur produit.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture