Galerie
[Interview] Christophe Clark et Virginie Pougnaud : « Une personne seule se place face à notre appareil photo comme si elle était face à un miroir »

[Interview] Christophe Clark et Virginie Pougnaud : « Une personne seule se place face à notre appareil photo comme si elle était face à un miroir »

19 novembre 2015 | PAR Christophe Dard

La galerie parisienne Photo 12 présente jusqu’au 28 novembre 2015 « Le secret », la nouvelle exposition du couple d’artistes français Clark et Pougnaud. Leurs tirages uniques sont des sortes de trompe-l’œil qui nous invitent à découvrir un secret, celui qui se glisse discrètement et malicieusement dans l’image, pareil aux acteurs cachés dans les coulisses d’une pièce de théâtre.
Toute la culture a rencontré Christophe Clark et Virginie Pougnaud, un duo faiseur d’énigmes repliées dans les arcanes du jeu artistique.

 

Charlotte, 2015, Clark et Pougnaud, Tirage pigmentaire sur Hannemühle, 50 x 40 cm, Tirage unique © Clark et Pougnaud Courtesy Galerie Photo12
Charlotte, 2015, Clark et Pougnaud,
Tirage pigmentaire sur Hannemühle, 50 x 40 cm,
Tirage unique
© Clark et Pougnaud Courtesy Galerie Photo12

 

Elles s’appellent Charlotte, Socha, Yamée, Pauline… Ce sont de belles madones, rêveuses, solitaires et complices d’un horizon infini d’où émane un large faisceau de lumière. Mais dans ces décors de théâtre, un mur, un rideau ou un cadrage barrent la route qui mène vers la percée d’un secret bien gardé comme si le spectateur n’osait pas aller plus loin.
Ces images sont signées d’un couple d’artistes, Clark et Pougnaud, respectivement photographe et peintre, exposés dans le monde entier depuis le début des années 2000. Comme les tableaux de Vermeer, de Hopper et des surréalistes, leurs œuvres exhalent un mystère poétique, teinté de mélancolie. Ces photographies étant des tirages uniques, ce mystère est davantage cadenassé mais n’est-ce pas réjouissant d’essayer de trouver un secret insaisissable sauf pour le collectionneur ?

Toute la Culture a rencontré Christophe Clark et Virginie Pougnaud, exposés jusqu’au 28 novembre 2015 à la galerie Photo 12 à Paris.

 

Yamée, 2015, Clark et Pougnaud, Tirage pigmentaire sur Hannemühle, 50 x 40 cm, Tirage unique © Clark et Pougnaud Courtesy Galerie Photo12
Yamée, 2015, Clark et Pougnaud,
Tirage pigmentaire sur Hannemühle, 50 x 40 cm,
Tirage unique
© Clark et Pougnaud Courtesy Galerie Photo12

 

Vous êtes en couple et vous travaillez ensemble depuis plusieurs années… Virginie Pougnaud, vous êtes peintre, Christophe Clark, vous êtes photographe… Comment êtes-vous organisés dans ce travail en commun?
Clark et Pougnaud : En général, une photo est construite de la manière suivante : nous commençons par mettre par écrit dans un grand cahier des notes ou des croquis (ou bien encore des cartes postales glanées depuis des années). Nous composons une atmosphère générale, imaginons des personnes associées à des couleurs. Puis nous cherchons les personnes et dans le même temps nous commençons à fabriquer les décors, un par un. Dés qu’un décor est photographié et qu’il nous convient, nous recherchons plus activement la personne qui correspond. Quand nous la trouvons et qu’elle est d’accord, nous organisons la prise de vue avec elle. Puis vient le temps du montage. Et ainsi de suite pour dix ou douze images. Cela nous prend environ un an pour une série.

 

Quels sont vos modèles?
Clark et Pougnaud : Les personnes que nous recherchons ne sont jamais très loin. Ce sont des femmes, qui nous ressemblent un peu. Nous recherchons avant tout une relation agréable, facile, sans heurts, toute en douceur et en complicité. Il faut qu’elles aient envie de « jouer » à faire semblant dans un décor en carton, tout en gardant un sérieux presque solennel. Il nous semble trouver chez elles une forme de candeur, un esprit d’enfant.

 

Pauline, 2015, Clark et Pougnaud, Tirage pigmentaire sur Hannemühle, 50 x 40 cm, Tirage unique © Clark et Pougnaud Courtesy Galerie Photo12
Pauline, 2015, Clark et Pougnaud,
Tirage pigmentaire sur Hannemühle, 50 x 40 cm,
Tirage unique
© Clark et Pougnaud Courtesy Galerie Photo12

 

Vos modèles sont presque toujours seuls dans vos clichés. Quel sens donné à cette solitude?
Clark et Pougnaud : Nous aimons prendre les gens en tant qu’individu hors du groupe. Le groupe est un paravent, pour passer inaperçu. Pris un par un, chaque Homme est l’humanité toute entière. Dés qu’il y a deux personnes, il y a une relation et une autre histoire est racontée. Une personne seule se place face à notre appareil photo comme si elle était face à un miroir.

 

Quelle place tient le décor dans vos photographies?
Clark et Pougnaud : C’est la moitié du travail. Le décor est un personnage au même titre que la personne qui pose.

 

Peut-on le comparer à un décor de théâtre?
Clark et Pougnaud : Il est tout à fait construit comme un décor de théâtre. Il est éclairé comme une scène, en fonction de la pièce qu’on va y jouer.

Socha, 2015, Clark et Pougnaud, Tirage pigmentaire sur Hannemühle, 50 x 40 cm, Tirage unique © Clark et Pougnaud Courtesy Galerie Photo12
Socha, 2015, Clark et Pougnaud,
Tirage pigmentaire sur Hannemühle, 50 x 40 cm,
Tirage unique
© Clark et Pougnaud Courtesy Galerie Photo12

 

Vous avez réalisé la série Mood Indigo mais aussi Lost in Meditation et un hommage à Hopper. Cette nouvelle exposition, Le Secret, est-elle la synthèse de vos séries précédentes?
Clark et Pougnaud : Nous ne pensons pas en être à la période de la synthèse, pas encore. C’est un pas de plus sur un chemin qui nous mène vers un futur inconnu, des photos qui n’existent pas encore physiquement mais qui sont à l’état latent dans notre inconscient. Une série en amène une autre.

 

Sur quelle nouvelle série travaillez-vous actuellement?
Clark et Pougnaud : C’est un secret.

Propos recueillis par Christophe Dard.

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Clark et Pougnaud Le Secret
Jusqu’au 28 novembre 2015
Galerie Photo 12
14 rue des Jardins Saint-Paul 75004 Paris
Ouvert du mardi au samedi de 14h à 18h30
01 42 78 24 21
www.galerie-photo12.com

[FESTIVAL D’AUTOMNE] LA PERFORMANCE EXTATIQUE DE JOHN GIORNO
MUSEA16 : les Pays-Bas présentent les expositions de l’année 2016
Christophe Dard
Diplômé d'un Master d'histoire contemporaine et d'une école de radio, Christophe est journaliste, passé notamment par Europe 1. Il travaille depuis 2013 pour Toute la Culture. Compte Instagram : https://www.instagram.com/christophe_dard/?hl=fr

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *