Arts
Les oeuvres naturellement sensuelles de Wiktoria (aka Wojciechowska) à la Galerie Sono Paris

Les oeuvres naturellement sensuelles de Wiktoria (aka Wojciechowska) à la Galerie Sono Paris

30 janvier 2022 | PAR Anne-Sophie Bertrand

A deux pas de la Bourse de Commerce, la jeune Galerie Sono invite l’artiste polonaise Wiktoria (aka Wojciechowska) à investir ses espaces fraichement rénovés. Visible jusqu’au 12 mars, cette exposition personnelle regroupe photographies, vidéos, installations et sculptures, media de prédilection de cette artiste qui vient questionner le rapport tangible que nous entretenons avec les éléments naturels et organiques.  

De nombreux artistes engagent aujourd’hui leur pratique sur l’étude de notre relation à la nature et à l’environnement. Interactives, contemplatives ou contestataires, ces oeuvres se font le reflet, l’observation de l’évolution de nos sociétés et des éléments qui nous entourent. Wiktoria s’inscrit dans cette lignée d’art environnemental. Mais ce qui différencie son travail est sans doute le rapport sensuel qu’elle cherche à réveiller entre l’Humain, et les éléments organiques qu’elle présente.

Dans l’exposition Study Of Traces, les rapports sont inversés. Ce n’est pas l’Homme qui marque, mais l’environnement minéral et végétal qui laisse des traces sur le corps, et dans l’esprit. L’exposition est une invitation orchestrée au toucher, au contact. Peau contre pierre, une invitation à laisser renaître les vibrations de la matière naturelle, qui reprend alors à sa manière un pouvoir quasi mystique sur la chair. 

Il n’y a pourtant ni violence ni opposition dans les oeuvres de Wiktoria. Toute la subtilité est là. Il n’y a aucune nuisance. La nature est en nous, sur nous. Les végétaux laissent leurs empreintes sur les jambes, les poignets… Ou, s’inscrivent dans la radiographie de notre colonne vertébrale, une manière de rappeler leur fonction support, et surtout vitale, à l’aide d’une esthétique douce et poétique. Les minéraux, quant à eux, semblent revêtir un spectre humain, on décerne des mains, un visage dont nous avons envie de nous rapprocher.

Dans Study Of Traces, Wiktoria démontre la symbiose entre la nature et l’homme. Un mimétisme réciproque qui nous amène à repenser aux traces que nous laissons de notre vivant, ainsi qu’à notre relation intime et individuelle avec l’environnement. 

 

Photo de une : Wiktoria Imprint-face (performance), 2019 Vidéo, couleur, sonore, 2’21’’ / Sculpture, chrysoprase, roche sédimentaire, corps © Courtesy of the artist

Infos pratiques

« L’amour (presque) parfait » : une série réussie sur les rapports entre hommes et femmes, du point de vue des femmes
Berlin Berlin, une comédie foutraque et jubilatoire au théâtre Fontaine 
Anne-Sophie Bertrand

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture