Expos
« So British » à Rouen : chefs-d’œuvres parmi les chefs d’œuvres

« So British » à Rouen : chefs-d’œuvres parmi les chefs d’œuvres

07 juin 2019 | PAR Philippine Renon

Dix œuvres de la collection Pinault se cachent, depuis hier et jusqu’en mai 2020, dans le parcours permanent du musée des Beaux-Arts de Rouen. Paysages, natures mortes, peintures d’histoire et sculptures, tous les genres classique sont y représentés. Mais cela suffira-t-il à « réveiller le regard » d’un visiteur confronté à tant de toiles de maître ?

Détail du « Philogenetic fantasy » de Toby Ziegler, une œuvre qui questionne ses voisines au Musée des Beaux Arts de Rouen ©Philippine Renon

 

Voilà l’ambition de l’exposition, selon la formule d’entrée de Sylvain Amic, directeur des musées métropolitains Rouen Normandie. Dix chefs-d’œuvres choisis parmi les artistes britanniques, dont recèle la collection de François Pinault. Comme un prélude à l’ouverture de la Bourse de Commerce en 2020, ces pièces valent le détour en pays rouennais.

Et c’est à la collection toute entière que ces tableaux et sculptures viennent aussi faire coucou ! Né il y a un an et demi, ce projet s’est construit dans l’idée de mettre en regard la création contemporaine avec, au plus tard des productions renaissantes. Et c’est tout à fait réussi. Triptyque de portraits dans la galerie des portraits, nature morte de Damien Hirst dans la salle des natures mortes, raccord.

Les ponts entre l’ancien et le nouveau, sont un peu évidents, mais certains d’entre eux s’avèrent joliment subversifs. C’est le cas du « 1989 » de Nigel Cooke à l’affiche  de l’exposition : une réflexion contemporaine sur la pratique de la peinture. Le tout au beau milieu d’un couloir dont les cimaises regorgent de Degas et de Corot. 

Quoiqu’un peu didactique, l’exposition en elle-même est intéressante, d’autant qu’elle met en valeur autant les œuvres de Rouen que celles de Pinault. On traverse un champ de Monet après un Gilbert & Georges. Ainsi deux types de chefs d’œuvres se tirent intelligemment la bourre, et participent d’égal à égal à la valorisation de l’une et l’autre collection.

 

So British, au Musée des Beaux Arts de Rouen. Du 5 juin 2019 au 20 mai 2020. Entrée libre.

 

Cao Fei mêle art contemporain et archives au Centre Pompidou
Gagnez 5×2 places pour le film BEAUX-PARENTS
Philippine Renon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture