Expos
Musée des Beaux-Arts de Bordeaux, Pour voir celle qui peignit Buffalo Bill !

Musée des Beaux-Arts de Bordeaux, Pour voir celle qui peignit Buffalo Bill !

28 décembre 2013 | PAR Sabina Rotbart

Fermé depuis quatre ans, le musée des beaux-arts de Bordeaux, dans le jardin de la mairie, vient de rouvrir, largement réaménagé. L’occasion de découvrir des peintres bordelais méconnus comme Rosa Bonheur, la première femme peintre décorée de la légion d’honneur et qui croqua Buffalo Bill.

20131228-190238.jpg

Désormais rythmé par un chemin de sculptures qui rompt la monotonie, le parcours de l’aile Nord, où s’exposent les XIX° et XX ° siècles, a perdu sa rigidité. Les cimaises blanches, glaçantes autrefois sous l’éclairage zénithal, ont disparu, laissant place à un rouge cinabre chaleureux. Cartels élaborés, tablettes numériques complètent désormais la présentation. L’aile sud, dévolue à la peinture du XVIème au XVIIIème, remodelée il y a vingt ans, a été elle aussi rafraichie. Bref, la vie est entrée au musée.
Il est donc temps de découvrir en ce lieu les peintres dont on ignore parfois qu’ils sont nés à Bordeaux comme Odilon Redon, Marquet ou encore Rosa Bonheur. Cette figure singulière de la peinture animalière dont les œuvres ont une telle vigueur que les critiques autrefois louaient son style, parlant d’une peinture d’homme (c’était un compliment !). Son œuvre la plus célèbre, le marché aux chevaux de Paris appartient maintenant au Met de New York, car il était trop cher pour être acheté par Bordeaux. La dame Bonheur qui fréquentait les abattoirs, les foirails et autres comices agricoles et qui ne dédaignait pas de s’exercer à découper les carcasses de bestiaux pour mieux connaître leur musculature, devait régulièrement demander un permis de travestissement au préfet pour porter le pantalon interdit aux femmes. Cette forte tête fit le portrait de Buffalo Bill (Cody de son vrai nom), devenu meneur de revue en Europe et sut lui remonter les bretelles, déplorant la façon dont il avait exterminé les Indiens.
Autre point fort du musée, des espagnols (Murillo) et des anglais, Reynolds par exemple, ce qui n’étonnera pas en terre d’Aquitaine. Et un coup de cœur, le « bain de Diane » de Corot …

Sabina Rotbart
Musée des beaux-arts de Bordeaux, 20 cours d’Albret 33000.
www.musba-bordeaux.fr
Tel : 05.56.10.20.53

Visuel (c) DR

Matthieu Suc, Renault. Nid d’espions
[Critique] « Le Hobbit 2 La desolation de Smaug » Peter Jackson poursuit son voyage épique avec une grande maitrise
Sabina Rotbart
journaliste en tourisme culturel, gastronomie et oenotourisme. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *