Expos
Les Péninsules démarrées, panorama artistique portugais

Les Péninsules démarrées, panorama artistique portugais

23 septembre 2022 | PAR Laetitia Larralde

Dans le cadre de la Saison France-Portugal 2022, le Frac Nouvelle-Aquitaine se penche sur la création contemporaine portugaise avec l’exposition Les Péninsules démarrées. L’occasion de belles découvertes artistiques.

La première question qui nous vient à l’esprit en visitant l’exposition Les Péninsules démarrées est pourquoi les artistes modernes et contemporains portugais sont-ils aussi peu connus en dehors des frontières de leur pays ? Alors que les œuvres présentées ici s’intègreraient aisément dans la scène artistique internationale, pourquoi certains artistes sont-ils présentés pour la première fois en France ?

L’exposition propose, dans un accrochage thématique, de nous faire découvrir l’art contemporain portugais. Il n’y a pas de parcours à proprement parler, mais plutôt une juxtaposition de grandes idées formant une constellation à partir de laquelle se dessine un portrait impressionniste de l’art et de ses artistes. Effectivement, il n’y a pas réellement eu de courant ou d’école majeure, mis à part PO.EX dans les années 1960-70, un groupe d’avant-garde de poésie concrète, ce qui les rend difficiles à positionner, artistiquement et historiquement.

Afin de comprendre les artistes actuels, la commissaire Anne Bonnin remonte jusqu’aux productions des années 1960 et fait ainsi cohabiter plusieurs générations d’artistes. De là se dessinent des liens, se supposent des influences, se reconstituent des parentés. Mais l’indépendance, l’individualité semble prévaloir ici. L’explication est-elle à chercher dans l’histoire du pays ? Face à quarante ans de dictature, cultiver son caractère a-t-il été la solution pour résister face à la censure et à roman national uniformisateur ? On peut également évoquer la guerre de libération du Mozambique, ancienne colonie portugaise, qui dura dix ans (1964-1974) comme élément déterminant pour la société portugaise, et donc pour ses artistes.

Une dictature et une guerre imposent une pression réductrice sur la société qui entraîne une perte de repères. Si certains se tournent vers l’histoire ancienne, comme la poésie baroque pour Ana Hatherly ou Salette Tavares, c’est dans le but de retrouver les origines de leur histoire, avant ses travestissements par Salazar. D’autres décident de quitter le pays, pour Paris et Londres principalement. On retrouve parmi eux Lourdes Castro, son mari René Bértholo ou Manuel Alvess, qui ainsi s’ouvrent aux mouvements internationaux tel que Fluxus et prennent du recul par rapport à leur pays.

Deux des thèmes abordés montrent une concentration sur le corps et son environnement immédiat, dans une démarche à tendance minimale. Le corps, ses transformations et les objets du quotidien sont en effet des points de repère forts, des éléments connus et maîtrisables dans une société qui limite les gestes et les pensées. Pour Armanda Duarte, cette démarche est également une prise de position contre la surproduction actuelle. Gaëtan, que l’on découvre dans l’une des mini monographies de l’exposition, dessine le modèle qu’il connaît le mieux en utilisant sa main non dominante pour ses autoportraits, remettant ainsi en question ses habitudes de représentation.

Au travers de 135 œuvres, Les Péninsules démarrées nous propose une exploration artistique qui correspond à notre époque où la pandémie et la crise énergétique nous poussent à revoir nos façons de voyager. Nous partons plus près de chez nous, à la découverte de paysages à la fois familiers et nouveaux, pour nous rendre compte de la richesse de notre environnement plus ou moins proche. Et ainsi, nous pouvons saisir, avec un plaisir certain, l’étendue infinie de ce qui nous reste à explorer.

Les Péninsules démarrées
Du 16 septembre 2022 au 26 février 2023
Frac Nouvelle-Aquitaine MECA – Bordeaux

Visuels : 1-2-5- vues de l’exposition FRAC MECA 2022 Les Péninsules Démarées – Crédit photo Aurélien Mole / 3- Manuel Alvess, «Isaías », 1970, coll. Alvess, long-term loan to Fundação de Serralves – Museu de Arte Contemporânea, Porto / 4- René Berthelo, « Littérature conjugale », 1966, colllection Fundação de Serralves – Museu de Arte Contemporânea, Porto

PPDA et le monde du livre : les écrivaines témoignent
REPORTAGE VIDÉO : « Festival et lutte contre les violences sexuelles »
Avatar photo
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture