A l'affiche

[Critique] »John From » de Joao Nicolau, délicieuse fantaisie acidulée

[Critique] »John From » de Joao Nicolau, délicieuse fantaisie acidulée

24 mai 2016 | PAR Olivia Leboyer

Rita

Joao Nicolau nous offre un film léger comme de la gaze, irisé comme une bulle de savon : la jolie Rita, quinze ans, s’éprend de son voisin Philippe, séduisant quadragénaire. Entre eux, des petits riens et la place pour le rêve amoureux. Sortie le 25 mai 2016.

[rating=4]

Joao Nicolau filme l’amour adolescent dans ce qu’il a de plus pur : le regard, à perte de vue. Rita observe son voisin de sa fenêtre, cherche de petits stratagèmes pour le croiser dans l’ascenseur, tente quelques amorces de conversation. Mais, elle a beau être très jolie, elle n’a que quinze ans et le beau Philippe la regarde comme une enfant. Alors, peu à peu, le rêve enfle, modifiant les perceptions de la réalité.

Ici, pas de passion destructrice, pas d’amours noires ou malsaines. La jeune fille n’est pas malheureuse, puisqu’elle peut le voir. L’objet d’amour se déplace, entre et sort de son appartement, et c’est déjà magique. La beauté du film tient à ce qu’il épouse naturellement cette vision émerveillée et déformée d’une jeune fille énamourée. Alors, des fleurs roses poussent soudain dans les rues de Lisbonne, les couleurs deviennent plus éclatantes. Le film souligne malicieusement les liens entre l’amour et le jeu.

Un jour, Rita subtilise une lettre du syndic adressée à ses parents pour assister, à leur place, à la réunion de copropriété. Ce petit événement, fastidieux pour la plupart des gens, est pour elle une grande aventure. Assise à côté de Philippe, elle peut lui parler : évidemment, des peintures du couloir et de l’ascenseur, mais c’est déjà énorme. Lorsqu’un brouillard subit envahit la pièce, on ne sait plus dans quelle réalité on flotte. La scène, très belle, figure exactement l’éblouissement amoureux.

Ce John From est une petite fantaisie assez irrésistible : vous auriez tort de passer à côté.

John From, de Joao Nicolau, Portugal, 95 min, avec Julia Palha, Clara Riedenstein, Filipe Vargas. Sortie le 25 mai 2016.

visuels: affiche, photo et bande annonce officielles du film.

Agenda Classique de la semaine du 23 mai
NoMadMusic : l’effervescence d’un jeune label en parfaite adéquation avec son époque
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *