Expos
Les chefs d’œuvre flamands de la collection Gerstenmaier à la Pinacothèque de Paris

Les chefs d’œuvre flamands de la collection Gerstenmaier à la Pinacothèque de Paris

11 juillet 2015 | PAR Christophe Dard

Jusqu’au 4 octobre 2015, l’une des plus belles collections privées d’art flamand, celle de Hans Rudolf Gerstenmaier, est exposée à la Pinacothèque de Paris. Parmi les artistes présentés, Rubens et Van Dyck.

En 1581, sept provinces protestantes, situées au nord des Pays-Bas, obtiennent leur indépendance de la couronne d’Espagne et deviennent les Provinces-Unies. Dans le même temps, les dix provinces catholiques restent sous le contrôle de l’Espagne. A la même époque, de nombreux Flamands décident de s’installer dans les Provinces-Unies du Nord, principalement à Amsterdam.

 

Adriaen Thomasz. Key (Anvers, c.1560-c.1591) Le Calvaire Non datée Huile sur bois, 126 x 100 cm Collection Gerstenmaier © Photo: Collection Gerstenmaier
Adriaen Thomasz. Key
(Anvers, c.1560-c.1591)
Le Calvaire
Non datée
Huile sur bois, 126 x 100 cm
Collection Gerstenmaier
© Photo: Collection Gerstenmaier

 

Une classe riche, banquiers et commercants, constitue un noyau de mécènes et une précieuse clientèle pour les artistes. Natures mortes, paysages, portraits, œuvres historiques et religieuses sont alors autant de belles branches attachées au candélabre de la peinture, des œuvres essentiellement décoratives et de petite taille.
A cette même période, la Flandre du Sud, restée fidèle au catholicisme, demeure sous l’autorité des Habsbourg et les thèmes religieux dominent.

 

Pierre-Paul Rubens (Siegen, 1577-Anvers, 1640) Portrait de Philippe IV d'Espagne 1632 Gravure à l'aeu-forte estampée sur papier vergé, 30 x 25 x 2 cm Collection Gerstenmaier © Photo: Collection Gerstenmaier
Pierre-Paul Rubens
(Siegen, 1577-Anvers, 1640)
Portrait de Philippe IV d’Espagne
1632
Gravure à l’eau-forte estampée sur papier vergé, 30 x 25 x 2 cm
Collection Gerstenmaier
© Photo: Collection Gerstenmaier

 

C’est ce bouillonnement artistique, sur fond de rivalités religieuses et de prospérité économique, que l’on retrouve dans la belle collection de Hans Rudolf Gerstenmaier. Cet entrepreneur allemand a travaillé de nombreuses années dans le domaine de l’industrie et de la technologie tout en cultivant son jardin secret, une collection démarrée il y a plus de quarante ans, en Espagne. Amateur curieux et averti, Gerstenmaier retrouve alors des oeuvres oubliées et notamment La Vierge dite de Cumberland de Pierre-Paul Rubens.

 

Anthony Van Dyck (Anvers, 1589-Blackfriars, 1641) Portrait de Jacqueline Van Caëstre Non datée Huile sur toile, 21 x 15,5 cm Collection Gerstenmaier © Photo: Collection Gerstenmaier
Anthony Van Dyck
(Anvers, 1589-Blackfriars, 1641)
Portrait de Jacqueline Van Caëstre
Non datée
Huile sur toile, 21 x 15,5 cm
Collection Gerstenmaier
© Photo: Collection Gerstenmaier

 

Tout l’été et jusqu’au 4 octobre, la Pinacothèque de Paris ouvre les portes de cette riche collection où les peintures sur bois et sur toile mais aussi les gravures signées Rubens et Van Dyck rivalisent de détails dans les visages, les tissus et les paysages.
Au total 59 œuvres jamais exposées en France sont proposées comme autant de pièces fragiles et délicates invitées au banquet du collectionneur.

Christophe Dard.

 

INFORMATIONS PRATIQUES
De Rubens à Van Dyck Les chefs d’œuvre flamands de la collection Gerstenmaier
Jusqu’au 4 octobre 2015
Pinacothèque 2
8 rue Vignon 75009 Paris
Ouverte tous les jours de 10h30 à 18h30
Nocturne les mercredis et les vendredis jusqu’à 20h30
Mardi 14 juillet 2015, la Pinacothèque de Paris est ouverte de 14h à 18h30.
Téléphone : 01 44 56 88 80 / http://www.pinacotheque.com/

VISUEL EN UNE
Anthony Van Dyck
(Anvers, 1589-Blackfriars, 1641)
Portrait de Jacqueline Van Caëstre
Non datée
Huile sur toile, 21 x 15,5 cm
Collection Gerstenmaier
© Photo: Collection Gerstenmaier

[Festival d’Avignon] Première escale en Argentine avec Sergio Boris et l’ETSBA
[Critique] « Difret » film pédagogique et sobre sur le droit des femmes en Ethiopie, produit par Angelina Jolie
Christophe Dard
Diplômé d'un Master d'histoire contemporaine et d'une école de radio, Christophe est journaliste, passé notamment par Europe 1. Il travaille depuis 2013 pour Toute la Culture. Compte Instagram : https://www.instagram.com/christophe_dard/?hl=fr

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *