Expos

Jurassic World, l’exposition : dépenser sans compter ?

Jurassic World, l’exposition : dépenser sans compter ?

13 mai 2018 | PAR Suzanne Lay-Canessa

A l’occasion de la sortie du nouveau volet de la saga, l’exposition Jurassic World s’installe du 14 avril au 2 septembre 2018 à la Cité du Cinéma. L’occasion pour tous pour découvrir de visu ces créatures spectaculaires qui font désormais partie de l’imaginaire collectif.

Depuis 1993 et la sortie de l’historique Jurassic Park, les dinosaures exercent un pouvoir de fascination fort sur petits et grands, rendu indéniable par le succès au box office de ses deux suites et du film Jurassic World en 2015. C’est justement l’univers de ce dernier film que récrée l’exposition itinérante qui a déjà posé ses bagages à Melbourne, Philadelphie et Chicago, et fait escale cet été à la Cité du Cinéma (93).

© Jurassic World

On entre dans l’exposition Jurassic World comme dans le parc éponyme, via un hangar recréant l’ambiance d’un ferry sur les eaux costariciennes. A peine l’iconique panneau d’entrée passé que surgit des feuilles un gigantesque Brachiosaure, dinosaure au long cou stupéfiant de réalisme. Ce sera la même impression à chaque nouvelle créature rencontrée : le souci du détail et de la finition est remarquable, et on ne s’étonne guère des propos de Pascal Bernardin, producteur de l’exposition, qui évoquent un travail d’un mois pour trois cents personnes.

L’euphorie liée à ce fantasme d’enfin côtoyer les dinosaures de notre enfance se poursuit devant chacune des nouvelles créatures, avec comme attendu la rencontre avec l’emblématique Tyrannosaurus Rex, dont les rugissements familiers ne manqueront pas de marquer les plus petits. On pourra regretter que le dinosaure suivant, le Vélociraptor, ait été représenté par un acteur en costume grossier se déplaçant en chaussons, un tour de passe-passe qui ne fera réagir que les plus petits. L’Indominus Rex, star du film « Jurassic World » qui clôt l’exposition est peut-être l’animatronic le plus réussi de tous.

alex

Bien sûr, le réalisme évoqué ici est relatif aux créatures mises en scène dans les films : l’on sait par exemple aujourd’hui que le Velociraptor était recouvert de plumes et ne dépassait pas les 1,5 m de haut. Ici, les huit animatronics présentés sont plus conformes à nos souvenirs de cinéma. En ce sens, « Jurassic World l’exposition » se rapproche plus du parcours de parc d’attractions (par exemple celui qu’on trouve dans les studios Universal) que d’un muséum d’histoire naturelle ; la mise en scène est omniprésente et la dimension « edutainment » pleinement assumée.

Cependant l’exposition tâche de ne pas se limiter à un zoo préhistorique et l’on retrouvera dans chaque salle des panneaux explicatifs fort bien conçus par Jack Horner, paléontologue reconnu et consultant de Spielberg sur les films (il a inspiré le docteur Alan Grant, joué par Sam Neill dans la saga). Malgré tout cela reste plutôt superficiel et le ton général de la visite parlera plus aux enfants, petits et grands.

On sort de « Jurassic World l’exposition » avec une belle montée d’adrénaline et le sentiment d’avoir momentanément pu franchir le quatrième mur des films de la saga de Spielberg, mais la visite est sans surprise et l’addition salée pour une visite d’à peine trente minutes (19,90 € pour les adultes, 15,90 € pour les moins de 15 ans). L’on pourra regretter que la dimension paléontologie n’ait pas été développée davantage pour donner à cette exposition spectaculaire un vrai propos dépassant l’univers grand public des films, et que la mise en scène ne se limite qu’à quelques clins d’œil pour les enfants alors que le thème abordé regorgeait de potentielles surprises.

« Jurassic World, l’exposition » à la Cité du cinéma, Saint-Denis (93). Jusqu’au 2 septembre 2018. Tous les jours de 10 h à 19 h. Tarifs : 19,90 € par adulte (15,90 € pour les moins de 11 ans). Pass pour 2 adultes et 2 enfants : 64,90 €. Réservations sur jurassicworldexposition.fr.

Un violent désir de bonheur : du lyrisme poétique à (trop) haute dose[Cannes Acid]
Cannes 2018, Quinzaine des réalisateurs : « Le monde est toi », un casting de choc dans une brillante comédie noire
Suzanne Lay-Canessa

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *