Expos

Les danses de travers de Christian Lhopital envahissent les murs du Drawing Lab pour un « Voyage léger » et « une pensée sombre »

Les danses de travers de Christian Lhopital envahissent les murs du Drawing Lab pour un « Voyage léger » et « une pensée sombre »

15 octobre 2018 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Il y un lieu pas comme les autres à quelques mètres de la Comédie Française. Place to be. Place to sleep aussi, car ce centre d’art est niché dans un hôtel, le Drawing Hotel où tout est à 100% dédié au dessin contemporain. Dès demain et jusqu’au 9 janvier, Christian Lhopital s’est emparé de tous les murs offerts et il y fait danser des enfants-fantômes.

Le commissaire de l’exposition, Jean-Hubert Martin résume la situation : « un personnage qui plonge vers le bas, et un chien écrasé par un cube ». Plus tard l’artiste répondra à une bonne question sur ce chien écrasé qui occupe une petite pièce attenante au grand espace par cette phrase limpide « je suis fasciné par la chute ».

Sur les murs de ce centre d’art privé dédié au dessin contemporain qui est l’extension perpétuelle de notre foire chérie, Drawing Now, il a dessiné, beaucoup. En noir et blanc sur les murs et sur les papiers, avec un peu de couleur, un peu d’aquarelle qui nous fait penser à Françoise Petrovitch. Sa technique, ou plutôt son mantra : « Très peu de matière pour des murs gigantesques ça me réjouit » et il ajoute  « Voyage léger-pensée sombre ». Et pour faire ça ? Et bien un peu, très peu de poudre de graphite et un chiffon.

Alors, pour  ce 21e dessin mural, tout tombe, et surtout les enfants par grappe, le crâne rond et les regards trop hagards pour que ça aille bien. Ça tombe jusqu’à ce bout de mur qui rappelle justement que la toile ici est « juste » un mur, sur notre désormais célèbre chien en peluche. Il dit « ce que j’aime dans le dessin mural c’est le rapport au lieu. La texture du mur compte beaucoup. Il n’y a jamais la même texture donc jamais le même résultat ».

Cet amoureux de danse contemporaine, originaire de Lyon dont le Musée d’Art Contemporain garde l’un de ses dessins prépare tout comme un chorégraphe : il dessine sur un carnet avant de projeter le mouvement trop grand pour lui, dans les limites fixées par le lieu.

Plus on regarde cet espace clair, plus des formes viennent, plus des traits surviennent. C’est à voir. Ne passez pas à côté de ce  Drawing Lab pensé par Christine Phal.

Drawing Lab, 17 rue de Richelieu, 75001, Paris. Entrée libre

Visuels  :© ABN

Un spectacle drôle… mais pas que de Marina Rollman au Théâtre du Marais
Les mille et une nuits de Krushnik de Sholem-Aleikhem
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *