Arts
Ci-Contre, 110 photos de Moï Wer à la Fondation Henri Cartier-Bresson

Ci-Contre, 110 photos de Moï Wer à la Fondation Henri Cartier-Bresson

25 novembre 2012 | PAR Sarah Barry

Dans le cadre du Mois de la Photo 2012 à Paris, la Fondation Henri Cartier-Bresson présente Moses Vorobeichic, alias Moï Wer, alias Moshé Raviv (1904-1995). Artiste lituanien, avant-coureur de manipulations techniques avancées en photographie, Moï Wer se fait le virtuose de la surimpression et du photomontage pour chanter le quotidien, qu’il soit parisien, lituanien, ou sorti de l’espace et du temps. Une exposition sobre à passer au peigne fin …

« La particularité de la photographie, à l’origine créée pour l’enregistrement exact de la réalité immédiate, est de pouvoir se transformer en instrument du fantastique, du rêve, du surréel et de l’imaginaire. » Cette phrase de Laszlo Moholy-Nagy, professeur du Bauhaus, illustre idéalement la progression obtenue par les pions de Moï Wer sur l’échiquier d’une histoire de la photographie. Issu d’un enseignement académique des Beaux-arts, parti pour le Bauhaus en 1927, il découvre la photographie moderne et passe par le stade documentaire dans la rue Juive de Vilnius, ainsi qu’à Paris, avant de s’adonner à la méthode « sandwich » ; on entasse les négatifs pour créer un mix savant de saveurs visuelles, où la réalité se manipule et se poétise. Dans le livre Ci-Contre (1931), Moï Wer positionne des tirages en vis-à-vis pour faire se confronter différents partis pris photographiques : le clair-obscur, la vue en contre-plongée, le cadrage serré, le jeu des contrastes, … tous ces regards portés sur la réalité dialoguent pour nous ouvrir à de nouvelles appréhensions du quotidien.

 C’est autour de cet ouvrage composé de 110 photographies montées que s’articule l’exposition ; privé d’une reconnaissance hautement méritée en son temps, du fait de la montée du National-Socialisme, Ci-Contre se déploie à la fondation HCB en de rarissimes tirages originaux, et remet les pendules à l’heure.

 

Visuels : (c) Sarah Barry

Romeo et Juliette à la Courneuve… (À Chaillot)
[Live-Report] : Gilad Abro au Sunside (Jazz’n Klezmer, 22/11/2012)
Sarah Barry

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *