Architecture

Makom : les lieux de mémoire de Michal Rovner investissent Paris

Makom : les lieux de mémoire de Michal Rovner investissent Paris

19 mai 2011 | PAR Yaël Hirsch

Révélée au public français en 2005 par la rétrospective « Fields of Fire » au Jeu de Paume, l’artiste israélienne Michal Rovner investit plusieurs espaces du Louvre et le Centre culturel Louis Vuitton avec une œuvre qui se présente comme l’archéologie du Conflit Israélo-Palestinien et réunit dans un travail considérable des maçons des deux peuples pour son installation. Souvent monumental, mais aussi parfois léger comme une vidéo projetée sur les fondations du Louvre archéologique, ou précis comme des photos du work in progress, le travail de Michal Rovner séduit, émeut et fait réfléchir.

« L’histoire est une chaine ininterrompue de ruptures. » Michal Rovner.

Depuis plusieurs semaines des maçons palestiniens et israéliens montent les deux immenses installations de Michal Rovner dans la cour Napoléon du Louvre, juste derrière la pyramide. Elles ajoutent une couche d’histoire et de géographie à cet espace si particulier de Paris. Couleur de brûlé, Makom IV (Lieu IV en Français) est une réalisation en pierre volcanique du Golan, demeurée en grande partie détruite. A côté, Makom II est un parallélépipède parfait, mais constitué de ruines de maisons israéliennes et palestiniennes détruites et venues de Galilée, de Hebron, de Haïfa, de Naplouse et de Bethléem. Les important dans sa ferme israélienne, Rovner les a marquées chacune comme des morceaux précieux retrouvés dans des fouilles archéologiques et les a emboîtées pour donner une impression de perfection géographique reposant en fait sur une béance : toute une série de ruptures et de destruction.

Dans le musée du Louvre même, Michal Rovner a investi deux espace symboliquement forts Les salles C et D du département des Antiquités orientales, dites « salles du levant ». Elle investit les vestiges archéologiques en mariant la vidéo et la pierre dans ses œuvres « Time 5 » et « Lubnan » (2009) ou en amoncelant des « fragments » (2011). Enfin, de plus grandes dimensions, les deux vidéos projetées sur les murs moyenâgeux du sous-sol du Louvre révèlent toute la force et la finesse de l’art de Michael Rovner quand elle projette  la légèreté transparente du film sur ce témoin historique et incontestable qu’est la pierre. Une des installations projette des fantômes, en une danse quasi spirituelle et silencieuse sur le vieux mur, tandis-que que l’autre vidéo fait évoluer des petits personnages qu’on pourrait presque confondre avec des lettres araméennes sur le mur d’une forteresse qui quitte le Moyen-Âge chrétien pour suggérer la blancheur vivante de Jérusalem.

Alors que LVMH/ Moët Hennessy est mécène de cette formidable et multiple installation de Rovner au Louvre, l’Espace culturel Louis Vuitton montre en quelques sortes les coulisses du projet « Makom ». Jusqu’au 29 mai prochain, « Making of Makom » rappelle que l’artiste a commencé sa recherche en tant que photographe à New-York. Rovner a souhaité pouvoir y montrer des photos-témoins, prises lors des installations et désinstallations des Makom. Simplement punaisées aux murs de l’expace culturel Louis Vuitton, ces dernières sont tout à fait passionnante puisqu’on y voit l’artiste à l’œuvre et surtout la collaboration très physique de ses maçons. Trois vidéos, dont témoignant une très immédiatement de l’installation de Makom au Louvre, prolongent ce travail sur la démarche créatrice de Rovner.

Enfin, Michal Rovner a illustré un livre pour enfants en collaboration avec le grand écrivain israélien David Grossmann (qui a d’ailleurs rédigé un texte passionnant sur la présence de Rovner au Louvre – à découvrir dans le catalogue). Intitulé « dans tes bras » (Seuil), ce livre est extrêmement touchant et Rovner laisse voir encore un autre aspect de sa créativité. Le manuscrit de ce texte illustré est présenté à au Centre culturel Louis Vuitton.

Mimmo Jodice révèle les yeux du Louvre à travers les âges
L’Olympia acceuille Katie Melua les 5 et 6 juin 2011
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : yael@toutelaculture.com

2 réflexions au sujet de « Makom : les lieux de mémoire de Michal Rovner investissent Paris »

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *