Actu
Une dérogation pour l’ouverture du Puy du Fou qui passe mal

Une dérogation pour l’ouverture du Puy du Fou qui passe mal

18 août 2020 | PAR Chloé Hubert

La dérogation octroyée par le préfet de la Vendée pour permettre au Puy du fou d’accueillir plus de 5 000 personnes passe mal dans une période de recrudescence de l’épidémie de Covid 19. C’est 9 000 spectateurs qui ont assistés au spectacle nocturne du parc à thème le 15 août, et de nombreuses réactions se sont faites entendre sur les réseaux sociaux.

Après une première déclaration du ministère de la culture sur une éventuelle remise en cause de l’interdiction des rassemblements et concerts de plus de 5 000 personnes décidé le 29 février, Jean Castex avait réaffirmé le 11 août la prolongation de l’interdiction. Si celle-ci doit être honorée jusqu’au 30 octobre 2020, le décret du 10 juillet affirmant qu’à partir du 15 août, les préfets de départements pouvaient accorder des dérogations à cette interdiction, est quant à lui toujours en vigueur. 

Cette mesure dérogatoire a été utilisée pour autoriser Le Puy du fou à accueillir jusqu’au 9 000 spectateurs ce samedi 15 août pour son spectacle nocturne de la Cinéscénie. Une décision qui a interpellée un certains nombre d’élu.es de gauche, écologistes, socialistes et communistes ainsi que des internautes sur les réseaux sociaux, comme ici Julien Bayou et Cécile Duflot. 

En effet, le choix d’accorder cette dérogation à surpris, notamment dans un contexte d’une recrudescence des cas de Covid 19 dans toute la France. Cette décision, prise le 10 août par la préfecture de Vendée, s’est faite après avoir étudié, pour le seul spectacle du samedi 15 août, les dispositions du protocole sanitaire faites en lien avec l’Agence régionale de santé, présentées par les organisateurs. Le préfet précise d’ailleurs dans un communiqué que « les campagnes de dépistage montrent que le niveau de vulnérabilité est très limité ». Pourtant, les internautes ne se sont pas privés de pointer d’éventuelles collusions entre l’Elysée et Philippe de Villier, fondateur du Puy du fou. Des accusations qui ont été démenties par l’Elysée et la ministre de la culture. En effet, Roselyne Bachelot déclare dans Le Parisien que “le Puy du Fou n’a bénéficié d’aucun passe-droit”. 

Outre les discussions sur les conditions dans lesquelles a été accordée cette dérogation, il semblerait que les mesures de distanciation, conditions de la tenue de cet évènement, n’aient pas été respectées, comme le relève cet internaute. 

De quoi donc être sceptique sur le bien fondé de cette dérogation et être inquiet pour la suite. En effet, une nouvelle procédure d’examen doit avoir lieu afin de décider de la tenue ou non du spectacle du 22 août. Une situation qui a toutefois inspirée les internautes sur Twitter, toujours prêts à railler le parc à thème et son fondateur conservateur. 

Visuel: ©Pierre André Leclercq /wikipedia – scène du spectacle Cinéscénie, Puy du fou, 2013

« Radical » : La passion politique dans la France d’aujourd’hui par Tom Connan
À Beyrouth, des musées et lieux culturels fortement endommagés
Chloé Hubert

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *