Actu

Restitution du patrimoine africain : l’avis de l’historien David Olusoga

Restitution du patrimoine africain : l’avis de l’historien David Olusoga

30 mai 2018 | PAR Claudia Lebon

Depuis 50 ans, les pays africains réclament la restitution de leur patrimoine culturel aux anciennes puissances coloniales. L’historien britannique David Olusoga remet le sujet sur la table hier, lors du Hay festival du pays de Galles.

Cela fait bien longtemps que les pays africains attendent le retour de leurs œuvres d’art emportées en Occident par les militaires, anthropologues, ethnographes et missionnaires européens, à l’époque des colonies. Alors qu’Emmanuel Macron s’est récemment déclaré en faveur du retour du patrimoine africain en Afrique, l’historien britannique d’origine nigériane, David Olusoga, a donné son opinion sur cette affaire, lors du Hay Festival, festival de littérature qui a démarré le 24 mai au Pays de Galles.

Il a ainsi rappelé que les musées européens et américains sont aujourd’hui plein d’objets emportés lors de pillages violents dans des pays qui sont aujourd’hui des partenaires commerciaux. Rendre ces œuvres d’art permettrait donc également d’établir de meilleures relations commerciales avec ces pays.

« Si le monde se tourne vers l’Asie, dit-il, si après le Brexit […], nos relations avec le Commonwealth sont amenées à devenir plus importantes, ces pays se souviennent de ce qui s’est passé, et ils se souviennent des objets qui ont été pris. Il y a un vrai sentiment de perte dans ces pays – il serait bénéfique pour nous de prendre en compte ces requêtes.« 

D’origine nigériane, le cas des bronzes du royaume du Bénin (qui correspond maintenant au sud du Nigéria), retient particulièrement son attention. Il affirme ainsi que les conditions de ces déplacements d’objets sont très bien connues et qu’il s’agissait bien d’un vol : « Je pense que c’est un cas très clair d’appropriation et de vol » dit-il. « Ils ont été pris en 1897 pendant le sac du Palais royal du Bénin. Le palais a été détruit; les objets ont été pris et vendus pour payer le coût de l’aventure militaire.« 

L’Afrique et l’Asie ne sont pas les seuls concernés. David Olusoga déclare que les marbres du Parthénon conservés au British Museum_ ramenés par Lord Elgin au 19ème siècle_ devaient être rendus à la Grèce, de même que les objets du Palais d’été de Pékin, emportés par son fils.

« Ces objets que nous considérons comme les plus belles œuvres que nous ayons produites, les plus beaux travaux artistiques, sont dans les musées d’autres pays, et nous savons quand ils ont été pris et les circonstances dans lesquelles ils l’ont été«  déclare David Olusoga.

En France, le Président Emmanuel Macron a désigné deux experts pour étudier la question de la restitution du patrimoine africain. L’historienne française Bénédicte Savoy, membre du Collège de France, et l’écrivain et universitaire sénégalais Felwine Sarr, devront examiner les conditions dans lesquelles les oeuvres pourront être rapatriées. Un avis doit être donné d’ici novembre 2018.

Visuel © CC BY-NC-ND 2.0

 

Architecture et Humanité les permanentes de la MEP percutent
Gaz Coombes en communion avec La Maroquinerie
Claudia Lebon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *