Politique culturelle
Tour de Web : Fn au soleil

Tour de Web : Fn au soleil

03 août 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Avec l’été vient de pousser un drôle de marronnier qui pourrait s’intituler : les villes FN et l’anti-culture. Les affaires sont de prime abord légères, on est encore loin des bibliothèques vidées de leurs auteurs pas assez chrétiens à Orange en 1995 Mais que dit la toile des œufs repeints et des concerts annulés ?

Pâques en juillet

Ne jamais dire fontaine… Le maire d’Hayange trouvait sa ville sinistre. Pour l’égayer il a fait repeindre en bleu schtroumpfs une sculpture en forme d’oeuf d’Alain Mila. Toute la presse et tout le web hurlent au scandale. Le Monde rapporte les propos édifiants du maire :  » «Tout le monde la trouve affreuse, cette fontaine», s’emporte le maire, Fabien Engelmann, qui ne semble pas faire la différence entre œuvres d’art et mobilier urbain: «Il se trouve qu’on a repeint la ville, qui est sinistre ; on a peint les barrières, on a mis des fleurs, et puis, on a repeint la fontaine.» L’édile a par ailleurs proposé à Alain Mila de se porter acquéreur de sa propre sculpture ». Sur Twitter, la ministre de la culture rappelle la loi : « Une œuvre d’art ne peut être modifiée sans accord de l’artiste. Cet incident est un appel à la vigilance. #Hayange http://ick.li/I1On6I ». L’acte est stupide et en plus il est illégal et c’est bien cela qui pose problème. Le web s’est emparé de l’anecdote mais pas de son essence qui voit un maire être au -dessus des lois.

Pas de boum boum
« Les organisateurs du festival techno Amne’zik, qui devait réunir plusieurs milliers de personnes du 8 au 10 août prochain au Luc-en-Provence, dans le Var, ont été contraints de tout annuler. Ils se disent “piégés” par les pressions du nouveau maire Front National, qui dément ». Le chapeau est de Laura Aronica dans Les Inrocks. Le maire lui affirme que cela n’a rien à voir avec le type de musique. Dans un communiqué daté du 17 juillet, il pointe « les risques réels liés à ce type de manifestation à cet endroit et à cette période » , et rien ne peut prouver l’inverse. Sur la toile, on hurle au scandale, sans apporter plus d’informations.

Le wagon de trop

Voici un fait divers passé bien inaperçu que l’affaire de l’œuf fait resurgir. «Le Front National poursuit son opération de charme et de dé-diabolisation dans la ville, c’est son seul objectif. Mais il a beau faire, le diable se cache dans les détails. Chassez le naturel, il revient au galop» dénonce un collectif d’habitants anti-fn à Hayange. Ici, c’est un ancien wagon minier qui a été repeint aux couleurs du drapeau tricolore. C’est à lire dans Lor’actu.

Une petite liste trop longue pour être honnête

Claire Rodineau n’est pas dupe. La journaliste signe un papier dans le Figaro titré « Mairies FN et culture, la guerre reprend ». Mises bout à bout, les annulations, saccages d’œuvres d’art et autres baisses de subventions agissent comme une sonnette d’alarme. « Ces affaires ont un air de déjà-vu. Cette tension valait déjà pour les différentes municipalités installées dans les années 1990 à Toulon, Orange, Marignane et Vitrolles. La diatribe de Bruno Mégret, qui fustigeait la culture «rap-tag-Lang», a en son temps marqué les esprits. Du grand ménage effectué dans les livres de la bibliothèque municipale d’Orange à la destruction de la fontaine érigée par l’artiste René Guiffrey à Toulon, plusieurs coups d’éclat ont illustré la conception toute particulière de la culture portée par le parti de Jean-Marie Le Pen ».

Procès d’intention ?

Pour le moment, des traces de bêtise sont relevées mais doit-on voir ici un retour à une politique d’abolition de la culture? La toile l’affirme mais a du mal à le prouver, se limitant à être vigilante. Quand Robert Ménard a supprimé le poste de directeur des théâtres, tous ont surgi. Lui tient une ligne bien ficelée et imparable, relayée par le Midi Libre : « Élisabeth Pissarro, adjointe à la Culture, lui a répondu d’abord : « Évidemment que quelqu’un sera chargé de la programmation théâtrale. Nous n’allons pas laisser cette fonction sans personne. » Et alors que le parlementaire UMP insistait dans sa quête d’information, Robert Ménard a haussé le ton, rappelant que le directeur des théâtres actuel a souhaité quitter son poste pour ne pas travailler à ses côtés ».

Beaucoup d’articles relèvent un fait qu’il est impossible de nier : pour le moment,  ce sont souvent les artistes qui marquent leur opposition au parti d’extrême droite qui choisissent de ne pas jouer. Cela a été le cas pour la compagnie Tandaim qui a refusé de jouer à Hénin Baumont. Cette action venant répondre à la fermeture des locaux de la Ligue des droits de l’homme. A lire dans le Parisien.

Nous sommes face à une toile sur le qui-vive, largement échauffée en 1995, mais pour le moment, la communication extrêmement ficelée du parti cherche à pacifier son image. La presse ne s’y trompe pas, il ne faut pas croire ce que l’on voit.

Visuel : ©capture d’écran Le Républicain Lorrain

« A l’origine notre père obscur », histoire d’une femme singulière par Kaoutar Harchi
« Louise », un premier roman d’amour et d’addiction par Julie Gouazé
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *