Actu
Les artistes et les NFT, un partenariat avantageux ?

Les artistes et les NFT, un partenariat avantageux ?

20 septembre 2022 | PAR Adam Defalvard

On en entendait parler récemment avec Booba, certains artistes musicaux se tournent vers les NFT pour gagner de l’argent. À l’heure où la musique est principalement écoutée en streaming, et génère donc très peu de revenus, les NFT sont-ils une mine d’or pour les artistes ?

Industrie, cruelle industrie

Rappelons d’abord un fait, l’industrie de la musique est extrêmement difficile pour les nouveaux artistes. Sur une vente de CD ou de vinyle, un artiste ne génère qu’un tout petit pourcentage (entre 10 et 20%) et c’est le label et d’autres acteurs qui récupèrent la plus grande partie des revenus. Aujourd’hui, la majorité de la population écoute sur des plateformes de streaming, et sur ces dernières les revenus sont plus que minimes. Pour une écoute sur Spotify, un artiste gagne en moyenne 0,0039 euros. Alors les NFT, ça vaut le coup ?

Money, money, money

De nombreux artistes vendent aujourd’hui des NFT, après un engouement particulièrement vif durant l’année 2021. C’était en effet une première historique pour le groupe Kings of Leon qui avait proposé son nouvel album « When You See Yourself » en avant-première, sous la forme de NFT. Il y en avait plusieurs sortes avec des contenus plus ou moins exclusifs, et des prix qui variaient. En plus des NFT de base qui contenaient uniquement l’album, le groupe proposait 18 « tickets d’or » qui donnaient accès à des avantages VIP comme des places au premier rang en concert. Seulement 6 de ces fameux tickets d’or étaient proposés aux enchères, quant aux autres, ils ont été mis de côté avec l’espoir qu’ils gagnent en valeur avec le temps. Avec cette vente, Kings of Leon a généré 2 millions de dollars. 

Cette vente était un partenariat avec YellowHeart, une plateforme en ligne de vente de NFT. Le PDG de cette plateforme, Josh Katz, a déclaré que les NFT étaient une occasion rêvée pour les artistes de reprendre le contrôle sur leurs créations musicales.

Il n’y a pas que des albums ou des tickets VIP qu’on peut acheter aux artistes. Peu après l’affaire Kings Of Leon, toujours en mars 2021, la chanteuse Grimes a récolté près de 6 millions de dollars avec sa vente de NFT. Elle proposait 10 œuvres d’art à la vente, réalisées en collaboration avec son frère Mac Boucher. 9 de ces œuvres se sont vendues en seulement 20 minutes. Notons qu’une partie des revenus de cette vente était générée à destination de l’association Carbon 180.

Une opportunité pour les jeunes artistes ?

Il n’empêche que cela reste les artistes les plus connus qui dominent le monde des NFT. Pour aider les plus petits, la plateforme Audius voyait le jour sur la blockchain (une technologie de stockage et de transmission) en 2021. Elle avait pour projet d’être un service de streaming proposant une rémunération plus juste pour les artistes. Derrière cette plateforme se trouve un fonctionnement complexe mais qui,  au final, aboutit à la possibilité de pouvoir donner un pourboire à des artistes dont on souhaite soutenir le travail. On entend cependant assez peu parler de cette plateforme désormais, et le monde de la crypto paraît encore un nouveau moyen d’aider les riches à devenir plus riches. 

Et les fans dans tout ça ?

Comme nous l’avions évoqué dans notre article sur Booba, les NFT posent des problèmes. Arnaques, addiction et intérêt pour l’argent plutôt que pour l’art, qu’est ce que les artistes vendent réellement à leurs fans ? Si l’on pense positif, on pourrait se dire que c’est une opportunité de soutenir directement un musicien et de lui donner de l’argent sans passer par les autres acteurs de l’industrie. Cela aiderait les artistes à être plus indépendants des labels et plus proches de leurs fans. Cependant, le processus manque de clarté et de prévention pour qu’il apparaisse honnête. Surtout depuis le printemps dernier, quand le cours de la cryptomonnaie est descendu en flèche.

On préférerait peut-être voir une révolution de l’industrie musicale qui traiterait mieux ses artistes plutôt qu’une révolution numérique peu accessible. Les autres changements observables depuis quelques années qui permettent aux artistes de générer plus de revenus (grand retour à la mode du vinyle et du CD, des tournées augmentées…) apparaissent plus attractifs. Même si, encore une fois, ce sont toujours les mêmes qui trinquent.

Visuel : ©CactiStaccingCrane – CreativeCommons – Wikicommons.

Jules Barbey d’Aurevilly à l’honneur grâce au Grand Prix des Enquêteurs et à Adrienne Weick
Gustavo Dudamel dirige avec passion, La 9ème symphonie de Gustav Mahler à la Philharmonie de Paris
Adam Defalvard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture