Actu
En pleine crise, le cinéma français appelle à des Etats généraux

En pleine crise, le cinéma français appelle à des Etats généraux

11 octobre 2022 | PAR Adam Defalvard

Après une fréquentation des salles en chute libre pour le mois de septembre, une partie de la profession réunie à Paris jeudi dernier appelle le gouvernement à des Etats généraux et tire la sonnette d’alarme.

Un mois de septembre historiquement bas

D’après le rapport mensuel du CNC, la fréquentation en salle n’atteignait que 7,38 millions d’entrées en septembre 2022. Le mois de septembre le plus bas depuis 1980, année où ces statistiques ont été créées pour la première fois. Un score qui inquiète beaucoup la profession, particulièrement du côté des cinémas indépendants menacés depuis la montée en puissance des plateformes de streaming à la demande. 

En effet il n’y a pas que les séries qui sortent désormais sur Netflix et autres grandes plateformes, les films qui vont directement en SVOD sont de plus en plus nombreux et de réalisateurs importants. Un problème qui ne touche d’ailleurs pas uniquement les indépendants puisque récemment, le studio Disney a inquiété en annonçant n’être pas décidé quand à la sortie en salle en France du blockbuster Black Panther : Wakanda Forever

Un appel au gouvernement

Les professionnels du cinéma indépendant réunis le jeudi 6 octobre en appellent donc aux pouvoirs publics, en espérant un soutien et craignant que l’Etat préfère «soutenir l’outil industriel plutôt que les mécanismes de la création». Lors de cette réunion et dans la tribune du collectif, le CNC a d’ailleurs été critiqué et accusé de dévier de sa mission d’origine : « Le champ des arts et de la culture, jusqu’alors protégé des logiques de rentabilité, se trouve désormais fragilisé et de plus en plus exposé aux assauts du marché, au sein même des institutions pourtant chargées de le défendre. »

Pour finir sur une note positive, le mois de septembre a quand même vu naître de belles productions françaises qui ont rencontré leur public comme Chronique d’une liaison passagère ou encore Revoir Paris

Visuel : ©Max Sat, CreativeCommons, Flickr.

Parov Stelar fait swinguer le Zénith
Marilyn Feltz, une idylle bohème
Adam Defalvard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration