Actu
Christo, l’artiste qui emballait les plus beaux monuments historiques, est mort

Christo, l’artiste qui emballait les plus beaux monuments historiques, est mort

01 juin 2020 | PAR Chloé Coppalle

Le compte officiel Facebook du plasticien Christo Vladimirov Javacheff, couramment appelé Christo, a annoncé sa  disparition ce dimanche 31 mai 2020. Retour sur la longue carrière d’un artiste qui réservait encore de nombreux projets, comme celui d’emballer entièrement d’Arc de Triomphe entre 2020 et 2021.

L’actualité parisienne qui devait lui être consacrée

Du 18 mars au 15 juin 2020, le Centre Pompidou prévoyait « Christo et Jeanne Claude – Paris ! », une exposition (bien sûr décalée) consacrée aux années parisiennes de Christo et Jeanne-Claude (1958 à 1964), avec comme climax l’emballage du Pont-Neuf (1975-1985). L’événement a été pensé en lien avec sa prochaine intervention monumentale, qui devait avoir lieu en septembre (puis en 2021 à cause de la crise du COVID-19), toujours à Paris, et avec pour but cette fois ci d’empaqueter l’Arc de Triomphe.

Qui était Christo ?

Christo est un artiste plasticien né en Bulgarie en 1935. Quand il arrive à Paris en 1958, il y rencontre sa femme, Jeanne-Claude, avec qui il commence à rapidement travailler sur des œuvres éphémères, et emballées. Vivant ensemble à New York, ils y disparurent tous les deux, Jeanne-Claude en 2009, lui ce dimanche. Depuis la disparition de la plasticienne, il continua ses projets selon les fils directeurs qu’ils avaient construits ensemble.

 

Et son œuvre ?

Très vite, les deux artistes s’intéressent à une question centrale, celle de la temporalité d’une œuvre d’art. Quand ils emballent le Pont Neuf en 1985, ils choisissent une construction politique (initiée sous Henri III en 1577, et achevé sous Henri IV vers 1606) réalisée avec des matériaux solides, et faite pour durer. En effet,  le Pont Neuf est aujourd’hui un des ponts les plus anciens de la capitale. Le projet consistait à le recouvrir entièrement de 40 000 m² de toile de polyamide dorée, couleur des Rois. Pourtant, alors que la toile semble être un matériau largement plus léger et fragile que la pierre, la toile de polyamide est un type de tissu extrêmement résistant et imperméable. Leur travail sera constamment alimenté par la tension entre durabilité, œuvre temporaire, matériau mou ou solide, et l’éternelle question de la conservation. En effet, de toutes les installations monumentales des deux artistes puis de Christo, il ne reste en effet plus de traces physiques. Ce sont les photographies et les archives qui interviennent alors comme un outils captant une trace pérenne de leur travail. 

Leurs installations sont parfois associées aux méthodes du mouvement artistique le Land art*, de part l’aspect éphémère de leurs travaux, et de part des interventions sur quelques sites naturels comme la baie de Biscayne (Miami), qu’ils firent entourer en 1983 par une matière plastique, le polypropène, en rose fuchsia, œuvre qu’ils nommèrent Surrounded Islands.

Une page se tourne.

Visuel : ©Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0), Creative Commons, Christo et Jeanne-Claude, Valley curtain, 1970, Colorado

 

Le land art : mouvement contemporain apparu dans la deuxième partie du XXème siècle et qui consiste à intervenir directement dans la nature, en créant avec les matériaux trouvés sur place comme le fait Andy Goldsworthy ou en intervenant sur son paysage.

 

« Be my guest », une expo née du confinement
Une playlist en ouverture générale
Chloé Coppalle

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *