Actu

Ces oeuvres tombées dans le domaine public en 2019

Ces oeuvres tombées dans le domaine public en 2019

11 janvier 2019 | PAR Lou Baudillon

Le 1er janvier, le BNF a listé les œuvres tombées cette année dans le domaine public. L’année 2019 voit arriver de grands noms, notamment du coté américain où les œuvres de 1923 sont enfin accessibles.  

Chaque année, et c’est une règle qui s’applique en France et dans de nombreux européens, les productions deviennent libres de droits 70 ans après la mort de leur auteur. L’année 2019 se voit donc gratifiée des œuvres des personnes décédées en 1948. Des œuvres qui deviennent donc accessibles et manipulables par tous, sans qu’il soit tenu de payer des droits d’auteurs. Une loi française qui cependant est confrontée à de multiples exceptions, notamment par rapport aux œuvres venant des États-Unis. En effet, une réforme de 1998 prolonge outre-Atlantique les droits d’auteur de 75 à 95 ans après leur publication. De plus, cela n’est applicable qu’à partir de la date de publication de l’oeuvre et non par rapport à la date de décès du créateur… S’ajoute à cela la Convention de Berne qui vise à harmoniser les différents régimes de protection du droit d’auteur dans le monde et qui modifie donc dans certains cas le temps de protection pour une oeuvre en dehors de son pays d’origine. Un grand méli-mélo qui cependant nous offre en libre accès un nombre abondant de travaux cette année ; les 20 ans de prolongements des droits aux États-Unis étant enfin dépassés.  

Pour la musique, le cinéma et la littérature, ce sont des centaines d’œuvres qui tombent ainsi dans le domaine public avec de grand noms de la littérature cette année : Antonin Artaud, Georges Bernanos en France, ainsi que des œuvres internationales comme Le Prophète de Kahlil Gibran et quelques romans d’Agatha Christie. La poésie n’est pas en reste puisque William Carlos Williams, Rainer Maria Rilke ou encore Pablo Neruda deviennent eux aussi libres de droits. Coté cinéma, les films de Louis Lumière sont concernés ainsi que des chef-d’oeuvres du cinéma muet américain tels que Pèlerin de Charlie Chaplin ou encore la première version des Dix Commandements de Cecil B. DeMille. C’est aussi le cas du film de Harold Lloyd, Safety Last ! (Monte là-dessus ! en français) et de certains Buster Keaton. En musique, on accède à beaucoup de Jazz avec plusieurs classiques américains dont le fameux Charleston du pianiste James P. Johnson (1923) qui popularisa la danse du même nom partout dans le monde. 

À savoir également que la bibliothèque numérique de la BnF a ouvert l’accès aux textes numérisés de plus de 90 auteurs tombés dans le domaine public au 1er janvier 2019.

 

Visuel : ©CC

 

A quoi ressemblera le futur service de vidéo à la demande de Canal+ ?
Les Oscars se passeront de présentateur cette année
Lou Baudillon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *