« Derniers Fragments d’un Long Voyage » au Guichet Montparnasse

6 septembre 2016 Par David Rofé-Sarfati | 0 commentaires

Lorsqu’elle a appris qu’il lui restait six mois à vivre, l’écrivaine Christiane Singer a commencé à rédiger ses Derniers Fragments d’un long voyage, témoignage bouleversant à l’approche de la mort.

Elle se tient devant nous éclairée seulement par au-dessus de sa tête d’une source lumineuse en forme de table de radiographie. Un jeune médecin vient de le lui annoncer. La maladie ne lui laisse que six mois à vivre. Elle va nous dire ses « derniers fragments », carnet de bord de ce dernier voyage.

On s’attendrait à la description d’une agonie, d’un effondrement. On prévoit l’apologie de la vie baignée dans une mauvaise foi ou un déni de circonstance. On s’attend à une colère qui passerait en fraude au milieu d’un discours policé et optimiste. Au fond, on s’attend à du religieux. Christiane Singer, en cela le texte est un mouvement d’humanité et de sincérité, un trésor de vérité et d’authenticité apaisé, échappe à tout cela et sans jamais abandonner la poésie connue de celle qui a su donner un sens à sa vie par l’écriture, elle nous rend compte, la tête haute du chemin misérable du corps malade vers sa mort, de l’oblativité des soignants, de la beauté nouvelle des détails.

La difficulté du texte est dans ce réel brut et cru. Elle est aussi dans la musicalité et le rythme, temporalité de nos destins, souffle de la malade et respiration de celle qui veut vivre avertie et éclairée chaque minute de sa métamorphose.

De la mise en scène minimaliste retombe sur Jézabel d’Alexis la charge du texte, de son rythme et de son esprit de partage et de vérité. Elle s’en sort à merveille, le message passe et, heureusement le guichet Montparnasse est entouré de bar à Mojitos pour reprendre son souffle, on ne sort pas indemne de ce spectacle, ni étranger.

Auteur : Christiane Singer
Artiste : Jézabel d’Alexis
Metteur en scène : Céline Marrou


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: