[Critique] Wajdi Mouawad s’attaque à la légende d’Ajax dans un cabaret très inégal

28 mai 2016 Par
Araso
| 0 commentaires

Le nouveau directeur du théâtre de la Colline, metteur en scène, dramaturge, interprète génial dont on a adoré voir, toujours à Chaillot, les poignants «Seuls», «Incendies», «Temps», «Soeurs», s’attaque cette fois à un monument du théâtre classique: Sophocle. Reprenant «Le Dernier Jour de Sa Vie (Trois Pièces d’après Sophocle)», marathon créé à Mons en 2015, le théâtre de Chaillot fait découvrir la trilogie au public parisien entre fin mai et début juin. Le premier opus, «Ajax Cabaret», a été présenté seul le 26 et le 27 mai et sera repris ce soir dans le cadre du spectacle en entier, avec «Inflammation du verbe vivre» et «Les larmes d’Oedipe». Celui qui crée à merveille des tragédies modernes offre avec Ajax une version très inégale de la légende grecque, entre mise en scène ampoulée et incursion burlesque de la modernité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *