« Rue Monsieur-le-Prince », la révolte étudiante des années 1980 vue par Didier Castino

24 février 2017 Par
Yaël
| 0 commentaires

Didier Castino, l’auteur du tres beau et tres remarque Après le silence (Prix du premier roman 2015, lire notre article) nous plonge par le biais d’un jeune homme de 19 ans dans le quotidien des étudiants révoltés de 1986 et l’effroi du meurtre de Malik Oussekine.

Wet Eye Glasses
En 1986, le jeune Hervé se cherche en fac de lettres, un peu rêveur et un peu en retrait par rapport à son frère coureur de fond. Courir, Hervé désiste ça et s’y sent obligé soir pour sauver sa peau, soit pour rencontrer cette exigeante grosse dame qu’est l’Histoire. La rencontre avec la jeune Artemis et la révolte étudiante de 1986 qui gronde et se concentre sur la réforme universitaire Devaquet sera l’occasion de presser le pas. Mais le sprint finale est celui, effroyable, de Malik Oussekine à sa dernière heure, victime de violences policières.

Toujours aussi magistralement styliste, Didier Castino nous plonge avec sensibilité dans la psychologie d’un jeune homme timide qui cherche sa rencontre avec l’Histoire au cœur d’années 1980 déjà un peu désenchantée. Quand la rencontre a lieu, elle balaie le livre un peu abruptement et c’est comme si l’on quittait la focalisation du jeune homme pour assister à une vision documentaire et cauchemardesque de la mort de Malik Oussekine. La mort balaie tout et l’on reste un peu sur notre faim quand à savoir ce que le timide jeune homme devenu révolté peut bien d’horreur que l’affaire Théo rend encore plus actuelle. La sensation de flottement n’enlève rien au qualités littéraires du livre.

Didier Castino, Rue Monsieur-le-Prince, Liana Lévi,  208p., 17,50 euros. Sortie le 9 mars 2017.
Visuel : couverture du livre


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *