[Cannes, Un certain regard] « Harmonium », grand film cannois ultra désespéré de 2016 ?

15 mai 2016 Par Geoffrey Nabavian | 0 commentaires

Celui qui signa Au revoir l’été nous propose, dans sa nouvelle réalisation, un scénario brassant une belle flopée de malheurs. Un effet d’accumulation se fait sentir, forcément…

Note de la rédaction :

L’édition 2016 du Festival de Cannes voit un grand nombre d’oeuvres évoquer des êtres piégés dans des cercles maléfiques sans fin. Lorsque s’achève Harmonium, cette idée résonne, dans nos têtes. Au départ, l’histoire nous présente une famille normale, composée de trois membres. Voici qu’un « très vieil ami » du père vient un jour demander à être employé dans son garage, et à disposer d’une chambre dans la maison. Notre père accepte tout de go. Son épouse s’interroge, d’autant plus que l’homme avoue avoir fait de la prison pour un meurtre. Après un temps d’adaptation, elle finit par apprécier ce mystérieux M. Yasaka, qui va hélas être à l’origine d’un drame terrible, pour cette famille. Une tragédie dont les conséquences vont être décrites dans la seconde heure du film, située huit ans plus tard.

Gris, épuré et peu frénétique, Harmonium prend place dans un climat réaliste, qui serait sinistre sans le talent du réalisateur Kôji Fukada pour composer des scènes vivantes, et diriger ses acteurs : notre préférence allant à Tadanobu Asano, sympathique et très raide M. Yasaka, qui semble dangereux même lorsqu’il ne fait rien. Les contrastes qui courent dans l’histoire maintiennent l’attention. Mais on ne peut s’empêcher de trouver le scénario un peu chargé en malheurs. Son défaut reste donc surtout, au final, qu’il ne débouche pas sur grand-chose, mis à part une acceptation des drames, qui n’en sera d’ailleurs pas vraiment une…

Kôji Fukada a du talent, mais son film rappelle parfois Chronic, de Michel Franco, en Compétition l’an dernier au Festival. Son scénario nécessite de la motivation pour être supporté, et son arriere-fond n’est pas clair. La barre est en tout cas fixée, désormais, en termes d’histoires désespérées, pour ce qui est de Cannes 2016.

*

Visuels : © DR


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: