Diane Kruger ne sauve pas le film de Fatih Akin de ses invraisemblances [Cannes, compétition]

26 mai 2017 Par
Yaël Hirsch
| 0 commentaires

Diane Kruger est le pilier du nouveau film du réalisateur allemand Fatih Akin, Aus dem Nichts, en compétition officielle de ce 70e Festival de Cannes. Alors qu’on attendait avec impatience la nouvelle fiction du réalisateur multiculturel de Head-On,Soul Kitchen, comme The Cut, Aus dem nichts pêche par trop de démonstration et pas assez de vraisemblance. 

fati-akin

La trentaine branchée dans la ville de Hambourg, Katia (Kruger), vit avec son mari et son fils Rocco une vie multiculturelle et moderne. Les années de deal de drogue et de prison sont derrières son époux qui s’est reconverti vers la traduction et elle est une femme au foyer tatouée et cool qui va au hammam avec sa sœur enceinte. Mais un jour, alors qu’elle laisse le petit avec son mari à leur boutique pour vaquer à ses occupations citadines, une bombe explose et lui enlève sa famille.

« Ce sont des nazis » qui ont posé la bombe, l’héroïne en est sûre dès le début, de manière générique et sans qu’aucun acte néo-nazi n’ait été commis dans son quartier. Dans le film de Fati Akin, tout est  l’avenant, la douleur est surlignée à tel point qu’on a du mal à s’émouvoir, la famille est rejetée de manière définitive, et la Justice allemande ne peut ni ne veut rien contre un grand groupe multinational (avec des cellules en Grèce) de néo-nazis fous de sang. Reste à Diane Kruger d’interpréter tant bien que mal cette pauvre femme que l’arbitraire et le mal absolu a choisi de priver des siens, avec le choix entre s’ouvrir les veines et se faire justice dent pour dent et vie pour vie. Rien n’est touchant ou convaincant dans ce film manichéen où aucun personnage n’est travaillé par même l’omniprésente veuve. Si le film n’avait pas été signé par le réalisateur allemand d’origine turque, il n’aurait certainement pas passé la barre de la qualification pour la compétition. Une très grosse déception.

Aus dem Nichts (In the Fade), de Fatih Akin, Avec Diane Kruger, Johannes Krisch, Samia Chancrin, Allemagne, 2017, 106 min. En competition.

visuel : photo officielle