Les reprises ciné à voir en salles ou en vidéo au cœur de l’été 2018

18 juillet 2018 Par
La Rédaction
| 0 commentaires

Les beaux jours ou en tout cas ceux où le tempo se calme, on a envie de prendre le temps de réviser certains classiques. A côté des Mission impossible et Mama Mia qui vont endiabler les soirées copains de l’été, les salles obscures et les sorties dvd nous ont aussi réservé quelques réédition incontournables ou délicieusement surprenantes. Dans les vieux pots… vous goûterez une bien belle culture. Sélection.

Par Grégory Marouzé et Yaël Hirsch

oeuf

Dans le cadre du Centenaire Bergman, son film le plus paranoïaque (si, si il mérite le titre) ressort. Plongée en apnée dans le Berlin des années 1920, L’Oeuf du serpent  suit un juif américain un peu paumé sur fond de complot. Il y a déjà un peu du Missing de Costa Gavras dans ce film mais quand on le revoit en se rappelant les engagements politiques très penchés à droite du réalisateur suédois, on sent un certain malaise. Ca n’enlève rien au film qui reste marqué par le sceau du génie Bergman. Une expérience filmique et politique Troublante.

Ingmar Bergman, L’Oeuf du Serpent, avec David Carradine, Liv Ullmann, Heinz Bennent 1977, 120 min, DISTRIBUTION : MARY-X DISTRIBUTION    reprise en salles le 4 juillet –

vengeance

Quand Brando réalise, l’Amérique retient son souffle. C’est Scorsese lui-même qui présente le dvd et le blu-ray de ce western culte qui vint de ressortir chez Carlotta : La vengeance aux deux visages

La vengeance aux deux visages (1961) de Marlon Brando – sortie en Combo Blu-Ray/DVD le 18 juillet chez Carlotta Distribution

las-movie

De mythe en mythe, de paysage en paysage, l’acteur, photographe et réalisateur culte Dennis Hopper nous étonne toujours. Carlotta ressort l’autre film magique du réalisateur de Easy Rider en 4K.

The Last Movie   est à découvrir d’urgence le 18 juillet.

affiche-the-party

Sous influence de Jacques Tati, Blake Edwards – le papa de la Panthère Rose – et son acteur fétiche Peter Sellers livrent l’une des comédies burlesques les plus délirantes de toute l’Histoire du cinéma. Quand un figurant indien se retrouve invité par erreur dans une Party organisée par un producteur, il déclenche catastrophes et gags visuels en tous genres. Parfois imité, jamais dépassé. Un chef-d’œuvre absolu  !

The Party  (1968) de Blake Edwards – reprise en salles le 18 juillet par Splendor Films –

amants

Mis en avant au dernier Festival du Film de Fesses (lire notre interview), Tatsumi Kumashiro est l’astre du roman porno japonais. Film majeur d’une production assez obsessionnelle Les amants mouillés  met en scène un homme qui travaille dans un cinéma porno et s’éprend charnellement de sa boss. Les ébats sont surpris en plein air et le réalisateur joue malignement d’un très vilain carré noir pour faire un pied de nez aux carcans et convenances de son pays. Les années 1970 : oui oui, au pays des nippons, aussi.

Les amants mouillés (1973) de Tatsumi Kumashiro  – reprise en salles le 25 juillet Splendor films

voyage

Trois ouvriers de Pennsylvanie font la guerre du Vietnam. Dernier film de John Cazale, consécration pour Cimino (5 oscars), Voyage au bout de l’enfer heurte et divise; il laisse peut-être finalement moins de sutures que Apocalypse now et pourtant c’est une plongée indispensable dans l’enfer des années 1970 et l’envers du rêve américain.

Voyage au bout de l’enfer de Michael Cimino, 1978  – reprise en salles en restauration 4K le 25 juillet par Carlotta Distribution 

affiche-platoon

Après Voyage au bout de l’Enfer, l’autre film sur le Vietnam qui traumatisa l’Amérique. Oliver Stone raconte son Vietnam dans ce film d’une efficacité redoutable qui remporta 4 Oscars à Hollywood et l’Ours d’Argent du meilleur réalisateur à Berlin. La distribution est époustouflante : Tom Berenger, Charlie Sheen, Willem Dafoe, Forest Whitaker, Johnny Depp, … Platoon est aujourd’hui un classique et à jamais l’un des meilleurs films de son réalisateur.

Platoon (1986) de Oliver Stone – reprise en salles le 25 juillet par Solaris Distribution –

a-armes-egales

Frankenheimer fut un sacré metteur en scène. Pour s’en convaincre il faut revoir Le Prisonnier d’Alcatraz (1962) avec Burt Lancaster – qui vient de sortir dans un superbe coffret chez Wild Side -, Un Crime dans la Tête (première version : 1962), Seconds- L’Opération Diabolique (1966) (film en totale parano qui préfigura le cinéma de David Fincher), French Connection II (1975), Black Sunday (1977). Frankenheimer a aussi réalisé le méconnu A Armes Egales, formidable Série B (compliment !) d’arts martiaux avec Scott Glenn et Toshiro Mifune (l’acteur fétiche de Kurosawa). On aurait aimé davantage de bonus qu’une simple bande-annonce (le film le méritait !) mais c’est le choix d’une collection qui souhaite retrouver l’âge d’or des sorties VHS. A découvrir absolument !
A Armes Egales de John Frankenheimer – édité le 25 juillet en blu-ray et DVD chez Carlotta Distribution : Collection Midnight Movies – 

ozu

En dix films restaurés en 2 ou 4K, Carlotta nous propose de passer le mois d’août avec le réalisateur japonais Ysujiro Ozu et de le suivre du noir et blanc à la couleur. Le saké se fait madeleine et le printemps plus précoce que l’automne qui touche à sa fin dans ses films intimistes, émouvants et qui font voyager avec leurs personnages.

Rétrospective Ozu en 10 films – reprises en salles le 1er août – par Carlotta Distribution

cocoon

Ron Howard (Willow, Appolo 13, Frost/Nixon, …) est un cinéaste à réhabiliter. Considéré par certains comme un simple exécutant, un « Yes Man » à la solde des Majors Company, il est au contraire un artisan qui fait des films à gros budgets tout en conservant modestie et sincérité. En cela, il s’inscrit dans la tradition hollywoodienne des cinéastes qui se mettent tout entier au service de leur histoire. Cocoon nous fait partager une rencontre du 3ème Type avec des personnes du 3ème âge. Le film a un peu vieilli mais demeure sympa, drôle et émouvant. A voir au moins une fois dans sa vie

Cocoon (1985) de Ron Howard  – édité le 8 août en Blu-Ray/DVD chez Carlotta Distribution –

profond

Persévérer dans son être disait Spinoza. Avec infiniment de poésie et un inspiration très nouvelle vague Immamura nous livre sa version de la perversion terrible de l’Etat de Nature. A travers l’histoire de cet ingénieur qui vient apporter la technique à une île isolée et tombe amoureux des autochtones, dans Le profond désir des dieux c’est à la fois Prométhée et Robinson qui se rejouent.

Le profond désir des dieux  (1968) de Shohei Imamura – reprise en salles le 15 aout par Mary-X Distribution –

bad

Le chef d’œuvre d’Abel Ferrara, Bad Lieutnant ressort en salles le 15 août. Harvey Keitel y incarne un lieutenant qui venge et se rachète dans un monde où la loi du talion est d’autant plus valide que l’ambiance est aussi catholique qu’électrique. A revoir sur grand grand écran.

Bad Lieutenant  (1992) de Abel Ferrara – reprise en salles le 15 août par Les Bookmakers / Capricci Films 

coffret-winchester-73-edition-collector-limitee-combo-blu-ray-dvd

Voilà sans doute l’un des westerns les plus pacifistes de l’Histoire du genre. Réalisé par un géant, Anthony Mann, et interprété par James Mason, cette merveille raconte comment une carabine (la fameuse Winchester 73) passe de main en main et sème la violence. Vous n’aimez pas les westerns ? C’est que vous n’avez jamais vu Winchester 73 ! Avec en bonus DVD, le remake de 1967.

Winchester 73 (1950) de Anthony Mann – édité en collector limitée Blu-Ray le 20 août chez Sidonis Distribution-.

ceux

Chéreau n’était pas qu’un immense metteur en scène de théâtre, d’opéras et grand comédien. Il était aussi un sacré cinéaste. Evidemment quand on pense à Chéreau, c’est L’Homme Blessé et La Reine Margot qui viennent à l’esprit. N’oublions pas Ceux qui m’aiment prendront le train (1998) qui obtint les César du meilleur réalisateur, meilleur actrice dans un second rôle pour Dominique Blanc, meilleure photographie pour Eric Gautier. Ceux qui prennent le train se rendent à Limoges à l’enterrement d’un peintre interprété par Jean-Louis Trintignant. Ceux qui prennent le train (mais ne l’aimaient pas forcément) sont incarnés par Charles Berling, Valeria Bruni-Tedeschi, Bruno Todeschini, Dominique Blanc, Pascal Greggory, Roschdy Zem, un hallucinant Vincent Perez dans le rôle de Viviane, … C’est bouleversant, fort, dur, chaotique, passionné, tendre aussi. Comme la vie. Le plus grand film de Chéreau ?

Ceux qui m’aiment prendront le train de Patrice Chéreau – édité en blu-ray et DVD le 28 août chez TF1 Vidéo –

thelma

Thelma et Louise pourrait avoir mal vieilli, sentir la naphtaline avec son esthétique publicitaire. Pourtant, grâce au jeu de Susan Sarandon et Geena Davis, grâce, aussi, à son formidable scénario, un message féministe toujours d’actualité, Thelma et Louise passe bien l’épreuve du temps. N’oublions pas la mise en scène de Ridley Scott ! Le cinéaste réinvente le road movie comme il a su, en son temps, offrir un nouveau style à la science-fiction avec Alien et Blade Runner. Thelma et Louise méritait bien une reprise en salles. D’autant plus que Brad Pitt y fait l’une de ses premières apparitions marquantes au cinéma.

Thelma et Louise (1991) de Ridley Scott – reprise en salles le mercredi 29 août par Solaris Distribution –

Notre interview consacrée à Revus et Corrigés : première revue sur le cinéma de patrimoine

Visuels : © MGM – Splendor Films –  Studio Canal – Carlotta Distribution  – Solaris Distribution – Twentieth Century Fox – Mary-X Distribution – Les Bookmakers / Capricci Films – Sidonis Distribution – TF1 Vidéo