Cinema

L’interview coquine et mutine de l’été avec le Festival du Film de Fesses

L’interview coquine et mutine de l’été avec le Festival du Film de Fesses

15 juillet 2018 | PAR Yaël Hirsch

Alors que la 5e édition du FFF (Festival du film de fesses, pour les non initiés) a clamé haut et fort « Montre es nippons » au début du mois de juillet, avec pour mot d’ordre de nous faire découvrir les émois sensuels et politiques de l’Empire du Soleil Levant, Anastasia, fondatrice de l’évènement nous enjoint de prolonger l’extase filmique et érotique sous le soleil de juillet…

La soirée de clôture du FFF a eu leu dans une alcôve secrète, de bons souvenirs?
Une merveille ! La soirée de cloture a été forte en émotions (la remise des fessées par un jury conquis, et des spectateurs enthousiastes) riche en propositions (plusieurs artistes talentueux s’étaient disséminés un peu partout dans l’entrepôt pour présenter leur travail, des performances fessues), belle en rencontres (nous étions heureux de partager cet événement avec Yann Gonzalez et son superbe couteau dans le coeur) …

Sur la plage, peut-on dire « montre tes nippons » ?
Sur la plage on change de registre et l’on dit … HELLO KIKI ! Mais rien n’empêche une fois rentrée à l’ombre de réviser ses classiques. Pour sa cinquième édition , le Festival du Film de Fesses a voulu dédier sa rétrospective au cinéma érotique japonais des années 60 à nos jours. Proposition éclectique ….au programme : Tatsumi Kumashiro, Sachi Hamano, Sion Sono, Noboru Tanaka, Masaru Konuma, Toshio Matsumoto, Ryu Murakami, Masayuki Suo, Eiichi Yamamoto (vous pouviez passer toute une nuit avec lui et sa trilogie ANIMERAMA !), Akihiko Shiota…

Tatsumi Kumashiro est un cinéaste incroyable et bien trop méconnu, un artiste féministe, libertaire, dionysiaque et anti-autoritaire, il est le premier cinéaste japonais à avoir su décrire l’Eros avec talent, exprimant les relations humaines dans une sexualité frontale et réaliste. Il méprise la morale. Chez lui, le sexe est une fête et se doit d’être célébré comme tel. (Lire notre critique des Amants mouillés qui ressort en salles avec Splendor Films le 25 juillet).

Nous tenions aussi à montrer le travail d’une femme Sachi Hamano l’une des seules réalisatrices érotiques au Japon. Elle a une œuvre riche et prolifique qu’elle a parfois du signer avec des pseudonymes masculins !

Quels sont les films un peut coquin et très bien faits que vous nous conseillez cet été?
Vous pouvez prolonger les frissons FFF grâce à MUBI, une plateforme VOD cinéphile qui montrera encore d’autres grands films de cinéma érotique japonais.
Et toujours en salles les géniaux : un couteau dans le coeur de Yann Gonzalez ou à genoux les gars d’Antoine Desrosières et à venir (le 15 aout au cinéma) le fascinant ULTRA RÊVE …que nous avons projetés tous lors de ce FFF5.

Ya-t-il du cinéma érotique de plein air ?
Le FFF a proposé un programme de court métrage en plein air l’année passée lors de sa soirée de cloture en partenariat avec Comme nous brulons. on souhaite développer ce projet en plus grand…c’est notre future étape…c’est en travail !

Votre destination sexy n° 1?
Allez au cinéma !…, l’antre des rêves, des fantasmes, des souvenirs, des troubles, des rencontres…

Mettez-vous déjà le cap sur la 6e édition du FFF?
L’équipe du festival, le public, les partenaires sont déjà tout émoustillés à l’idée de monter ce sixième FFF …alors nous espérons vivement qu’il verra le jour ! Mais, le FFF a été victime de censure cette année, et la page du FFF a définitivement disparu de FB la semaine dernière…sans aucun avertissement, sans aucune délicatesse, …une politique bien étrange et révoltante surtout au regard du travail que nous menons depuis tant d’années… une manifestation culturelle bafouée car ils n’ont pas connaissance de ce que nous mettons en oeuvre ! cinq ans de travail évanoui en un instant…Facebook est un outil précieux pour notre manifestation qui ne bénéficie d’aucunes subventions… Aussi nous aimerions monter une soirée spéciale à la rentrée pour rendre possible cet avenir, sensibiliser le public, et imaginer tous ensemble la suite !
visuel : affiche du 5e FFF (c)  FFF

« May He Rise And Smell The Fragrance » : Ali Chahrour rend le deuil assourdissant au Festival d’Avignon
« Les heures séculaires », beauté dadaïste dans le ciel du jardin du Musée Vouland au Off d’Avignon
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *