[Montpellier] Le travail dérangeant et génialement sale de John Bock est à voir à La Panacée

16 juin 2017 Par
Yaël Hirsch
| 0 commentaires

Âmes sensibles, s’abstenir. Le travail SM, sexuel, et crado-créatif de l’artiste allemand John Bock est à voir au centre d’art contemporain de Montpellier, La Panacée. Aux côtés de dessins qui ont présidé à la création des fameux « cloaca » de Wim Delvoye et d’une exposition  sur des sources rurales de  l’art et l’artisanat, c’est sous rideau et après plusieurs warning que l’on entre dans la salle qui présente de travail de John Bock. 

Au coeur du dispositif, il y a deux films, où John Bock pastiche certaines séries Z pour mettre en scène dans Hörchen mit Momsen dran (2014) à la manière d’un Giallo silencieux des personnages qui se font plein de choses sexuelles désagréable dans une chambre remplie d’objets, et dans Kreatürliche Unschuld (2013) un trio amoureux historique en costume qui se donne des ordres SM en buvant le thé, se saute dessus et finit par crever tous les  abcès de Madame, jusqu’au sang… C’est très seventies, la légèreté et l’humour en moins dans une oeuvre pastiche où Ulrich Seidl aurait rencontré Walerian Borowczyk. Pour ancrer les personnages de ses films dans la réalité du visiteur, John Bock dispose également dans la pénombre des objets qu’on retrouve dans la fiction. Sous plastique, il invite donc les passants à entrer en frissonnant dans la chambre des tortures… Un travail sur le rôle et le corps, à expérimenter en 2 et 3 dimensions.

visuel : Kreatürliche Unschul (c) John Bock

 


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *