[Interview] François-Nicolas L’Hardy « Réunir ses proches, retrouver les amis, rassembler les fils d’une aventure photographique en Finistère, tel est le sens de la Vague, exposition photographique collective »

24 février 2016 Par admin | 0 commentaires

François-Nicolas L’Hardy, responsable, directeur et coordinateur du Centre Atlantique de la Photographie (le Cap), a, à l’occasion de l’exposition La Vague qui s’ouvre à Brest le 11 mars 2016 accepté de répondre à nos questions. 

Pourriez-vous me présenter le Centre Atlantique de la photographie ?
Créé à Brest en 1996 à l’initiative d’un groupe de photographes brestois, le Centre Atlantique de la Photographie (le Cap) s’est donné pour mission de développer la création photographique par une politique d’expositions, de médiation et pédagogie de l’image, de résidences de photographes et d’aide à l’édition.
Le Cap organise cinq à six expositions chaque saison dans la galerie du Quartz – Scène nationale de Brest, un espace de 250 m² qui dispose de 90 mètres linéaires d’accrochage. Le Cap produit ou coproduit des expositions avec des partenaires du milieu de la photographie et de l’image. Le Cap propose des visites commentées ouvertes à tous et des visites spécifiques et des ateliers de pratique photographique pour les classes. Le Cap encadre, à la demande, des ateliers photographiques dans les écoles et collèges de la région ; il met en place deux à trois workshops annuels pour professionnels et semi-professionnels. Lieu de ressources, le centre diffuse du matériel d’expositions (cadres…) et met en place une lettre d’information électronique. Par la diversité de ses activités, Le Cap est un pôle photographique en Bretagne.

Comment ont été sélectionnés les sept photographes de La Vague ?

Réunir ses proches, retrouver les amis, rassembler les fils d’une aventure photographique en Finistère, tel est le sens de la Vague, exposition photographique collective. Retrouver des Brestois de naissance ou de cœur, tous photographes ou artistes utilisant la photographie et donner matière à leur rassemblement.
Il s’agit aussi d’évoquer la ville de Brest comme source d’inspiration photographique et préciser la définition d’une nouvelle scène photographique en Bretagne.
Tous ensemble, les artistes de la Vague forment un panorama significatif du champ de la photographie actuelle : nouvelles approches du paysage, frontalité, démarche sérielle, rapport aux autres et aux matières, représentations des corps, métamorphoses visuelles, expérimentations formelles et poétiques…
Le parti-pris est celui de la découverte, de l’expérimentation, mais aussi de la création de significations nouvelles par les rapprochements des dissemblables.

Quelle image de la Bretagne renvoie La Vague ?
L’exposition ne parle pas spécifiquement de la Bretagne en tant que région. Il ne s’agit pas d’illustrer un territoire, l’idée est de soutenir et d’accompagner des artistes, jeunes pour la plupart, qui nous ont rencontré, qui sont venus jusqu’ici, ou bien qui entame une recherche ou une série en lien avec la ville de Brest ou les espaces alentours. Nous sommes très loin d’une exposition qui chercherait à décrire la région. Avec l’exposition “La Vague”, nous cherchons à définir les contours d’une nouvelle scène photographique et nous privilégions des approches et des styles photographiques très divers.

Visuel : ©Vincent Malassis

[Article Partenaire]


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: