Tendances
Touche pas à mon pari sportif

Touche pas à mon pari sportif

11 juin 2014 | PAR Nausicaa Ferro

C’est une valse, une chorégraphie que tous ces messieurs supporters de foot exécutent avec une grâce et une cadence quasi irréelles. Parce qu’ils dansent chacun de leur côté, et tous ensemble à la fois…le bal des paris sportifs. Au bar-tabac, sur Internet (les paris en ligne sont légaux depuis 2010), les paris sportifs ont la cote et ne connaissent pas la crise. Selon les chiffres du 1er trimestre 2014 de l’Autorité de Régulation des Jeux en Ligne (l’ARJEL, qui délivre les licences aux sites pour les rendre légaux), les mises augmentent de 25% par rapport au 1er trimestre 2013.

François Feldman à ses grandes heures chantait « Maintenant que deviennent que deviennent, les valses de Vienne, dis moi qu’est ce que t’as fait, pendant ces années, si les mots sont les mêmes, dis-moi si tu m’aimes… »

On ne saurait dire ce qu’elle a fait pendant ces années, mais lui, pour sûr, en attendant qu’elle revienne, il a remplacé « Les valses de Vienne » par un bon vieux pari quotidien au bistro à Momo, ou sur Internet. Chacun son moyen de noyer le chagrin.

Mais le pari sportif est plus qu’un jeu, plus qu’un hobby partagé par les garçons de toutes générations (enfin les joueurs types, selon une étude de l’ARJEL publiée en 2013, ont à 60% moins de 35 ans). Il rassemble ces messieurs (à 96% ce sont les messieurs qui parient), leur fait partager un (drôle de) lien social qui alimente les conversations à la fac, au bistro, à la machine à café, à l’apéro…

« – Pour le match Sardaigne/Biélorussie rappelle-moi la côte de la Sardaigne ? »
« – 4.1 »
« – Yes ! Je vais parier à 5 contre 1, je mise 10€, il y a moyen de prendre un bifton » *

Le pari devient un prétexte pour serrer quelques pinces et discuter, le gain, un pompon moderne. Finalement le but n’est pas tant d’attraper le pompon que de tous ensemble faire un tour de manège et entrer dans la danse.

Pour s’échauffer avant d’entrer sur la piste, ces messieurs étudient méticuleusement les sites spécialisés donnant les pronostics pour le match qui se jouera à 2h du matin heure française, car les paris sportifs peuvent bien sûr s’étendre bien au-delà des championnats ordinaires, il est même conseillé pour un parieur de bien connaître le championnat lettonien.

Et après le bal, après les résultats des matchs tant attendus, tant redoutés, certains se réjouissent de la victoire, et d’autres pleurent la défaite et tous se préparent à miser sur le prochain match et à (peut-être, enfin, pour une fois) le regarder.

* Conversation factice entre deux parieurs, librement inspirée de faits réels et librement caricaturée

Nausicaa Ferro

Visuel : ©Nausicaa Ferro


Le dossier de la rédaction

[Interview] Olivier Guez : « Il y a des résonances mythologiques et presqu’un peu magiques dans le foot »
Cinéma : un film sur le foot entre deux matchs ?
Nausicaa Ferro

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture