Restaurants & Bars
Bonnes résolutions pour 2014 : Découvrir de nouvelles bulles

Bonnes résolutions pour 2014 : Découvrir de nouvelles bulles

31 décembre 2013 | PAR Sabina Rotbart

C’est décidé, en 2014, nous allons élargir notre palette gustative et goûter de nouveaux vins à bulles. Les crémants par exemple, ces vins joyeux, bien faits et pas trop onéreux. Quelques idées.

20131231-111437.jpg

Les crémants sont réalisés comme les champagnes, en ajoutant du sucre et des levures dans la bouteille pour y créer du Co2 et donc des bulles. Fabriqué presque partout en France, sauf en Champagne évidemment, région qui a même combattu, notoriété oblige, pour que les termes de « méthode champenoise » lui soient exclusivement réservés (ailleurs on parle de « méthode traditionnelle »), ils ont un nez et un arôme directement influencé par leur terroir.

Des bulles de qualité
Autrefois, c’était les vins tranquilles de mauvaise qualité que l’on camouflait sous quelques bulles pour en faire des crémants. C’est de moins en moins vrai aujourd’hui. Les crémants actuels sont distingués par des AOC, cahiers des charges précis et contraignants. La plus ancienne AOC est celle d’Alsace, mais la Bourgogne, la Loire, Die, Limoux et Bordeaux produisent aussi des crémants de qualité. Cette dernière origine, à l’arôme minéral intéressant, devrait beaucoup progresser. Car les vins blancs de cette région, pourtant agréables et de qualité, représentent un océan d’hectolitres, largement méconnu, il sera donc plus facile de les vendre en les transformant en crémant.

Joyeux et accessibles
Bref, les crémants sont des vins très joyeux, bien connus des plus jeunes pour une bonne raison, leur prix accessible. Quand un bon champagne démarre à 17 euros (Dorgeval par exemple), mais qu’à ce prix, nombreuses sont les déceptions, vous trouvez de charmants et même de délicieux crémants entre 8 et 14 euros. L’explication est simple, un prix à l’hectare sans commune mesure avec celui du vignoble champenois et un marketing nettement moins développé.

Quelques bons accords
° Faciles à trouver chez les cavistes comme Nicolas, le crémant de Die Jaillance, grande réserve 2009, une bulle fine, très aromatique et peu sucré sans être amer, il a un nez d’agrumes confits, de cire d’abeille et de bâton de réglisse qui convient très bien en apéritif ou même sur un poisson. 8.75 euros. Et en rosé, le Crémant de Bordeaux Jaillance, d’une très jolie couleur vive, un nez de fruits rouges, mais avec de la fraicheur et en bouche, une fraise délicate. 9 euros.
° Sur le net : Crémant d’Alsace blanc brut de la coopérative Jean Geiler. Bien sec, avec un arôme de amande amère et noisette, 6 euros 15 www. geiler.com, le Crémant de Loire Bio Ackerman, une bouche citronnée, un nez de fleurs blanches et de miel, 8.90 euros, www.ackerman.fr.

Sabina rotbart

A consommer avec modération

«Le Chardonneret » de Donna Tartt, le roman de la rentrée de janvier ?
« Le saut du requin », romance en haute mer par Romain Monnery
Sabina Rotbart
journaliste en tourisme culturel, gastronomie et oenotourisme. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *