Expos

Quand la mode sublime l’art : « Nouvelle présentation des collections » au Musée Yves Saint-Laurent

Quand la mode sublime l’art : « Nouvelle présentation des collections » au Musée Yves Saint-Laurent

16 mars 2019 | PAR Cloe Assire

Du 12 février au 31 décembre 2019, le Musée Yves Saint Laurent présente une sélection inédite de cinquante modèles haute couture, abordant surtout deux créations majeures du couturier : les iconiques robes Mondrian (automne-hiver 1965) et les robes en soie réalisées en collaboration avec l’artiste Claude Lalanne (automne-hiver 1969). Une bonne façon de s’intéresser à l’apport de l’art dans la mode…

La « Révolution Mondrian », véritable hommage appuyé d’Yves Saint Laurent au créateur du Suprématisme, marque un temps fort dans l’histoire de la mode, en transformant un tableau en une œuvre animée ce qu’avait peut-être déjà pressenti Mondrian en 1931 comme le montre cette célèbre citation de l’artiste : « Non seulement la mode est le fidèle miroir d’une époque, mais elle est une des plus directes expressions plastiques de la culture humaine ». De plus, il est intéressant de noter que le succès de ces robes est tel que la diffusion internationale participe à la fois à la notoriété du couturier mais aussi à celle du peintre. L’histoire de ces robes est retracée par la présentation de croquis, d’articles de presse, de clichés de mode mais également au travers du costume de Phoebus pour l’opéra « Notre-Dame de Paris », mis en scène en 1965 parallèlement à la collection automne-hiver. Mais c’est aussi à travers la culture populaire que le Musée aborde les robes Mondrian avec Barbie, les Simpsons ou encore le « Portrait d’Yves Saint Laurent » de Pablo Lobato symbolisant qu’un art qui se réapproprie une création de mode qui elle-même réinterprète une œuvre d’art. Enfin, les appliques lumineuses « Robe Mondrian 1 », issues de la série « Hommage à Yves Saint-Laurent » de Nicolas Saint-Grégoire, apparait comme un défilé imaginaire de sculptures lumineuses, faisant le trait d’union entre la mode et l’art. Afin de traduire le statut d’icône de ces robes, l’artiste s’est tourné vers des matériaux caractéristiques des enseignes lumineuses.

Avant d’aborder la collaboration du couturier avec Claude Lalanne, nous allons nous pencher sur la section « Le style » de l’exposition qui réunit des tenues incarnant l’appropriation du vestiaire masculin afin de moderniser celui des femmes, combinant élégance, praticité et confort. L’allure Saint-Laurent se définit par une féminité affirmée, allant de la figure de la garçonne à celle de la femme fatale. Ces nouveaux classiques (smoking, caban, trench-coat), mis en scène dans cette section, voient le jour avant 1970 et participent donc à l’émancipation des femmes et à leur reconnaissance sociale, ce qui est encore perceptible dans nos garde-robes actuelles.

Dans la section intitulée « Hommage à la mode », on constate à quel point Yves Saint-Laurent s’inscrit dans une tradition historique des collaborations entre les maisons de Haute Couture et les artisans des métiers d’art. Ce travail d’excellence va lui permettre de revisiter les toges antiques, les silhouettes du Moyen-Age, les robes de la Renaissance, etc. sans perdre le faste d’antan qu’il associe à sa ligne résolument moderne et révolutionnaire.

Enfin, pour sa collection automne-hiver de 1969, le couturier sollicite Claude Lalanne afin de réaliser un ensemble d’accessoires « empreintes », issus de moulage de tailles et de poitrines, suite à la visite de son atelier de sculpture. Il imagine alors des fourreaux simplissimes en soie et Claude Lalanne, avec le procédé de la galvanoplastie, une technique d’orfèvrerie permettant un rendu réaliste, va rehausser ces robes par les fameuses « empreintes », pour le plus grand plaisir de notre œil, marquant une collaboration particulièrement réussi entre art et mode.      

Passion Franco-russe pour un et deux pianos par Ludmilla Berlinskaïa et Arthur Ancelle à la salle Gaveau
Isabelle Mayault : Une longue nuit mexicaine
Cloe Assire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *