Le Buzz

L’antenne à selfie : la rallonge égotique qui fait le buzz en Asie

L’antenne à selfie : la rallonge égotique qui fait le buzz en Asie

19 août 2014 | PAR Yaël Hirsch

Finies les mines un peu rougeaudes, et l’esprit authentique et bon enfant du selfie mal cadré. Désormais en vente libre sur tous les marchés bien fréquentés d’Asie du Sud-Est, l’antenne à selfie (qu’on appelle aussi « monopode ») permet de se cadrer tout seul dans une pose lointaine et avantageuse. Petit aperçu de cette nouvelle tendance apposée sur le buzz interminablement jouissif des autoportraits 2.0. 

L’anglicisme est entré à vif dans toutes les langues : en deux ans, les selfies ont transformé nos photos de vacances, notre manière de nous présenter sur les réseaux sociaux et le placement de produit pour les grandes marques qui ont rebondi au quart de tour (des oscars, on ne se rappelle que du selfie d’Ellen de Generes pour le Galaxy note 3) .

Suscitant toujours largement plus de « like », « share », « comments », « retweets », « pins » etc.. qu’une photo banale, le selfie, en solo ou en groupe, est omniprésent et tire un trait d’union entre les people et les gens « normaux ». Les sociologues les plus pessimistes voient dans cette tendance qui n’en finit pas de durer un des derniers états de notre « culture du narcissisme » (C Lasch)  où les petits egos surdimensionnés amènent à un collectif en peau de chagrin et à une solitude paralysante.

Mais d’autres, à l’image de Laurence Allard ou de André Gunthert voient ce type d’image avec plus d’optimisme : pour la première, le selfie situe toujours son sujet « dans le monde », et le second nous explique qu’à l’heure de photoshop, se mettre au coeur de l’image est une manière de signer l’authenticité du propos tenu. En ce sens, la tendance du « no make up selfie » pour quelques grandes causes et l’effet saut du lit seraient garants d’une certaine vérité… mais c’est sans compter l’inventivité sans limites de la robotique actuelle.

Désormais sur tous les marchés d’Asie vous pouvez accoler à votre i-phone… un « monopode » à selfie. Sorte d’antenne télescopique qui se plie très mal, cette dernière accompagne désormais les touristes thaïlandais, laotiens, cambodgiens et même coréens, japonais et chinois, sur tous leurs lieux de villégiature. Avantage de cette baguette à l’ancienne ? (qui peut s’épaissir jusqu’à ressembler à un pied d’appareil photo old school): Prolonger un très moderne i-phone pour un cadrage parfait et du visage (ou des pieds) et du site qui le met en valeur (pour les pieds, on opte pour la finesse du grain de sable ou le bleu de la piscine).  Adieu, donc les trognes authentiques, les yeux concentrés sur l’écran et le doigté, adieu aussi les pores dilatés plus visibles que le nez au milieu.du portrait.. Place aux selfies toujours glamours, lointains, vaporeux… Réservé en cet été 2014 aux vacances, il se peut que ce divin monopole gagne les clubs, les musées, les salles de classes et les tiroirs de tables de chevet très prochainement, et ce, partout dans le monde.

Note de dernière minute : comme on n’arrête pas le progrès, pour remplacer une antenne délicieusement vintage mais qui pourrait éborgner quelqu’un, les marchés de nuit de Bangkok proposent également le déclencheur à selfie par bluetooth… A tester sérieusement.

photo :  yael hirsch / (c) metrodeal.com

« Damnés » de Chuck Palahniuk : l’enfer, c’est nous…
[Cannes, Quinzaine] « Les Combattants » : un savoureux mélange entre la romance et la comédie
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *