A l'affiche

[Cannes, Quinzaine] « Les Combattants » : un savoureux mélange entre la romance et la comédie

[Cannes, Quinzaine] « Les Combattants » : un savoureux mélange entre la romance et la comédie

19 août 2014 | PAR Hugo Saadi

Les Combattants est le premier long métrage du français Thomas Cailley. Porté par le duo Adèle Haenel – Kevin Azaïs, le film est plein de légèreté, de simplicité, d’humour et de romance. Le réalisateur français tient la bonne recette pour satisfaire un large public.

 [rating=4]

 

Un très large public effectivement puisque Les Combattants n’est pas une romance à l’eau de rose comme on peut en avoir l’habitude ni une comédie romantique lourdingue où le surjeu et les mauvaises blagues nous font hausser les sourcils toutes les 5 minutes. Pour son premier film, Thomas Cailley a su parfaitement manier le mélange des genres sans tomber dans l’outrance pour offrir une romcom subtile et sortant des chemins battus en proposant quelque chose de plaisant.

Le film suit le quotidien d’Arnaud qui vient de perdre son père et tente de reprendre avec son frère la menuiserie familiale qu’il tenait avant de décéder. Madeleine quant à elle est repliée sur elle-même, elle craint le pire et s’y prépare avec un objectif précis : rejoindre les commandos d’élite de l’armée française. Arnaud et Madeleine sont des combattants chacun à leur manière et leur rencontre va découler sur une histoire d’amour et de survie très originale d’une fraicheur qui ravive les codes de la romance.

Simple et sans artifice grossier, la relation naissante est touchante et séduit le spectateur sans le besoin de le prendre par la main. Le film ne se résume pas non plus qu’à cela, la dimension comique est très présente et rythme le tout avec force. Les blagues sont parfaitement amenées, le réalisateur jouant souvent sur le comique de situation et les discussions terre-à-terre qui feront sourire par leur simplicité et les débats qui en découlent. Un bon passage du film se déroulant dans un camp d’entrainement de l’armée permet une multitude de scènes comiques où le sérieux des instructeurs se heurte à l’innocence et la provocation des jeunes et notamment de Madeleine, surprenante de courage et d’audace. Si le personnage est si intéressant à suivre c’est grâce à la performance d’Adèle Haenel qui est tout simplement monstrueuse. Elle tient là un rôle sur mesure entre le garçon manqué et la tête brûlée au comportement « je m’en foutiste ». C’est du même acabit pour Kevin Azais qui lui donne la réplique. Ils forment un duo qui va se lier au fil du métrage pour accoucher sur une dernière partie très émouvante. Enfin, le film fait littéralement respirer puisqu’il se passe entièrement en plein air, dans les forêts de l’Aquitaine et c’est un régal pour les yeux grâce à une photographie très correcte.

Le générique de fin apparaît ensuite sans que l’on ait eu le temps de s’en rendre compte, car oui, on est vraiment bien avec ces deux personnages et on aime les suivre dans leurs galères et leur romance. Pour son premier film, Thomas Cailey a trouvé la formule idéale avec ce mélange des genres (drame, romance, comédie) qui permet un scénario simple et efficace dynamisé par un casting parfait.

Les Combattants, un film de Thomas Cailley, avec Adèle Haenel, Kevin Azaïs, drame français, 1h38. Sortie le 20 août 2014.

visuels © Haut et Court

L’antenne à selfie : la rallonge égotique qui fait le buzz en Asie
Une « Madame » inquiétante, de Jean-Marie Chevrier
Hugo Saadi

One thought on “[Cannes, Quinzaine] « Les Combattants » : un savoureux mélange entre la romance et la comédie”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *