Beauté

Un bouche à bouche aux petits soins

Un bouche à bouche aux petits soins

29 avril 2019 | PAR Amelie Blaustein Niddam

C’est le printemps, alors on a envie de dire : embrassez vous ! Mais pas avec n’importe quelles lèvres ! Toute La Culture les soigne pour vous.

Avant de passer aux choses sérieuses, il faut une bonne haleine. Les bains de bouche jouent la révolution en format pocket et également en préparation sans rinçage. CB12 White des laboratoires Mylan permet de rester digne en toute situation. Le labo habitué des générique impose donc sa marque en investissant le terrain de la fraîcheur. Le coté très pratique : le produit ne se rince pas, il est donc facile à utiliser. Coté science, le bain associe La chlorhexidine et L’acétate de zinc, cette union sacrée permet de neutraliser la mauvaise haleine pendant 12 heures.

Disponible en 250 ml. Prix public conseillé : 10,55e

 

Ensuite, il faut soigner les lèvres. Et pour les gommer, chacun son truc. A tester, l’huile de noix de coco première pression à froid en version bio.  Pour l’utiliser, il suffit d’en avoir un pot dans sa salle de bain. L’huile se solidifie en dessous de 20 degrés ce qui la transforme en une texture facile transformer en baume pour masser les lèvres. Les petits peaux ne résistent pas à la nuit. 4 ou 5€ les 200ml en supermarché bio.

 

La journée, avoir dans son sac un bon stick à lèvres peut être utile. Mais il en faut un qui ne fasse pas pitié ni trop enfantin. Féminin dans son étui rose, le Lip Cream de DHC à l’huile d’olive a tout bon. Il s’ouvre comme un rouge à lèvre et son format fin se glisse dans tous les sacs. Comme pour toute la gamme DHC, née a Tokyo, le stick est sans paraben, colorant ou parfum ajouté. La sensation d’hydratation est totale et pourtant l’effet est sec sur la bouche ce qui permet d’utiliser le Lip Cream comme base à votre rouge à lèvres.

 

9,95€ uniquement diffusé chez Nocibé

 

 

Visuels :

©Mylan

©Bio Planete

©DHC

A la Philharmonie, une Saint Matthieu intense et passionnante par Jordi Savall
Agenda des soirées de mai
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *