Beauté
Invitation à l’amour

Invitation à l’amour

14 février 2015 | PAR Pulcherry Von Ober

Cher Amour, chair d’amour, comment te présenter aujourd’hui ? Qui es-tu devenu ? Existes-tu toujours ? Ton cœur bat-il encore sur notre planète ? Es-tu coincé entre le sexe, mensonge et des idéaux ? Es-tu présent dans les chairs agglomérées ? As-tu encore une chaire sur cette Terre ? Peut-on goûter à ta saveur, peut-on se délecter de ta douceur ? Amour dis-nous peux-tu nous fixer encore un rencard, à « date », mais avec ou sans date limite de consommation (DLC) ? Avec ou sans date limite d’utilisation optimale (DLUO) ? Oui, dis-nous : peut-on te rencontrer ? Ou es-tu à « consommer de préférence avant… » Chut !

L’Amour est devenu marché ou plutôt un hypermarché (18 millions de célibataires selon l’Insee et le nombre des célibataires croît deux à trois fois plus vite que l’ensemble de la population)
Il devient même très coté : la toile s’en est emparée, des agences d’organisations d’événements pour solos se sont montées, des coachs en séduction se sont installés et les agences matrimoniales de jadis, reviennent en force. Tous se précipitent sur ce marché, car des euros, la quête de l’amour permet d’en gagner par milliers.
Sur les sites de rencontres, c’est par affinités que les célibataires sont classés : culturelles, politiques, religieuses… ou encore psychologiques grâce au scalpel des tests, sans évoquer la géolocalisation qui permet de « shopper » un(e) célibataire « dans le coin ». Ainsi, sur le net, les mâles ou femelles se placent en produit d’appel, les descriptifs se cosmétisent, les chairs se marketisent, les photos s’affichent, têtes de gondoles pour gaudriole ?
Au centre de ses fonds communs de placement, les hommes et les femmes y glissent des attentes, des névroses, des peurs, des rêves, des utopies, des sexuelles quêtes ou requêtes, des troubles, des manques, des besoins, de la curiosité…des..illusions ?
Pour les initiés du net, il existe même les délits ou délires d’initiés avec l’essor des sites proposant des aventures extra…conjugales. Mum, un vrai régal !

actionsL’amour devient-il une option d’achat, de vente, ou encore… une option sur actions ? Son cours deviendrait-il limité ? Néanmoins, il existe un « organe d’autoréglementation » : le cœur. Serait-il décoté ou déconnecter ? Et pourtant, il parait que jadis « Dieu prit une des côtes de l’homme et referma la chair à sa place, forma une femme ». Homme et femme ont la côte depuis si longtemps…
L’amour se positionne en plus, dans le rendement des relations ou l’amour du rendement (?), et cela implique que l’Autre ne mérite pas que du temps lui soit consacré. Ainsi, on le croise …Le speed dating illustre bien cette vélocité des « entre vues » pour encore plus de volatilité ? Il faut aller vite, et comparer encore plus vite, parce que la jouissance se doit d’être immédiate.
Ce big love market offre un tel choix que l’on zappe les êtres : quel bonheur de pouvoir goûter à toutes les chairs ! Car si l’une ne nous convient pas de suite, pas de problème, une autre attend. Saveur de l’enivrement.

Et pourtant, l’Amour, nombreux sont celles et ceux qui aimeraient le côtoyer, le vivre.
De ce fait, les agences matrimoniales, jadis ringardes,  réapparaissent sur le marché. Oui, l’amour, c’est du sérieux …qui se monnaie aussi. Cependant, peut-être avec moins de consommation, plus de réflexion, plus de temps, plus d’échanges …sans oublier tout de même qu’ un investissement appelle aussi, à un retour sur investissement, car l’amour, ici, est également ROI. Pas d’obligation de résultat mais de moyens. Cependant, à la lumière des conseillers, le lux..e suggéré…se nomme le temps. Prendre le temps de découvrir l’Autre ce qui suppose de nouveau, un certain investissement …différent, bien sûr. Et là commence l’ouverture du cœur. Car la rencontre amoureuse véhicule tout un imaginaire, on a si soif d’idéal ou d’absolu ( ?). Toutefois, rencontrer quelqu’un s’est aussi savoir s’ouvrir, accueillir l’autre dans sa différence et vivre cette différence comme participant de notre identité. C’est aussi ne pas avoir peur de déplaire en osant être soi, en bousculant certains critères ou préjugés dans lesquels, bien souvent, nous ont pétri notre éducation, environnement….Rencontrer ce n’est pas croiser, amasser , ramasser, emballer parfois aussi déballer ou remballer des êtres de chairs et d’os qui passent, contrepassent dans notre vie durant un tour de passe… passe ? D’ailleurs, il est bien connu que ce n’est pas parce qu’on est avec quelqu’un qu’on le rencontre.

Et puis, une rencontre laisse aussi supposer de se connaître, d’être construit affectivement, psychologiquement, d’être stable intérieurement. Et là une fois de plus, un peu de réflexion s’impose : ah miroir, miroir que me renvoies-tu là ? Que reflètes-tu ? Oui, car l’image implique tant de représentations. Au demeurant, n’est-ce pas pour cela qu’une image se soigne ? Du reste, l’amour possède également son culte de l’image, il n’échappe pas à l’ univers imagé, imaginé, imaginaire ? En couple, on se facebook, s’intagramme, se « pinterest » : sourire radieux dans un cadre idyllique, dégustation du bonheur, le paraître figure l’amour. Oui, grâce à facebook, l’amour ne perd pas la face. Alors on s’accroche à cet étalon de Cupidon.

Dans notre société de l’éphémère, de l’instabilité, de la précarité, libérées sexuellement comme économiquement, de plus en plus de célibataires se trouvent (ou parfois aussi se retrouvent) sur le marché de l’amour. Le modèle du couple qui perdure dans le temps…s’est presque envolé. De nos jours, il incombe donc à chacun, chacune de savoir inventer, ou ré inventer son modèle d’amour, son modèle de couple, d’écrire son histoire dans cette société d’effervescence.

Simple et difficile d’aimer.

coeur mecaniqueDe toute façon, il semble que le siège de l’amour se localise dans le cœur. Alors, si certaines blessures, ou encore nombreuses aigreurs, ou de lourdes rancunes, ou encore simplement la haine ont souhaité éteindre ses braises, que des pensées sauvages, sombres, désabusées parfois désenchantées, fleurissent en cette demeure, dans chaque être humain, si l’on sait écouter, on entend toujours un bruit régulier dans ce corps : les battements de… cœur, il parait que c’est ce qui se nomme la Vie.
Alors, à vos sourires, fous rires, à vos coachs, sorties, sites de rencontres, agences, voyages, …à soi (pour savoir s’aimer) à vos amours, à l’Amour,
Tous levons-nous, élevons-nous pour ce sentiment qui offre une saveur d’éternité.

A présent, osons un peu de légèreté, osons nous laisser aller : place aux bulles d’hu..mour ou d’..amour.
Lecture n°1 : Trouver son Valentin ou sa Valentine avec « a date with love »
Lecture N°2 : Affûter sa sise en condition avec « Hot love »
Lecture N°3 : Ajouter un esprit sportif sexy « Se placer en pole position »
Lecture N°4 : Jouer la divine fatale avec « S’effeuiller un peu, beaucoup, passionnément… »

(crédit photo : Saint Valentin Wallpapers, site lovewallpapers)

[Écoutez lire] « Charlotte » et « Les souvenirs » de David Foenkinos.
« Il est difficile d’être un dieu » d’Arkadi et Boris Strougatski.
Pulcherry Von Ober
Un regard posé sur l'esthétique car la beauté donne le ton de l'harmonie. Des papilles constamment en éveil ! http://www.sensetpeau.com/blog/ https://www.instagram.com/leschicsgourmandises/ @leschicsgourmandises

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *