Beauté

Allô, Docteur, dites-moi, dois-je faire une nymphoplastie ?

Allô, Docteur, dites-moi, dois-je faire une nymphoplastie ?

11 juillet 2014 | PAR Pulcherry Von Ober

 Selon le Quotidien du Médecin, il y aurait eu en 2011, en France, 3200 nympholasties de réduction  pratiquées et remboursées par la Sécurité Sociale, ce qui représente un budget de 346000 euros pour cette dernière. Et cette demande est plutôt à la hausse. Aussi pourquoi a-t-on recours à la nymphoplastie de réduction, est-ce une opération dangereuse, quelles sont ses conséquences sur la sexualité, existe-t-il un standard de la vulve et, qui peut pratiquer ce type d’intervention ?

Toute La Culture a rencontré Sophie BERVILLE LEVY, Gynécologue Obstétricien, chirurgie de la Vulve, de l’Hopital Tarnier Cochin, service de dermatologie.

 Qu’est-ce que la nymphoplastie ?

Sophie Berville LevyC’est la réduction de la taille des petites lèvres afin qu’elles soient contenues entre les grandes lèvres et ne dépassent plus de la fente vulvaire en position debout. 

POMExiste-t-il un standard des organes génitaux ? Et si oui, quel est-il ?

S. B. L. : Non, il n’y a pas de norme anatomique ni médicale d’ailleurs. (cf ; The Great Wall of Vagina du plasticien Jamie Mc Cartney), mais il apparaît sur internet un « gold standard » de la vulve qui correspondrait à l’anatomie d’une vulve infantile, avant la puberté.

Quels sont les profils des patientes qui demandent une nymphoplastie de confort et celles qui souhaitent une nymphoplastie esthétique ? Quels sont leurs arguments pour une demande de nymphoplastie esthétique ? Certaines motivations sont-elles dysmorphophobes ? Est-ce que cela a un lien avec le plaisir sexuel ou au contraire, aucun ?

S. B. L. :  Il n’y a pas de distinction à faire entre nymphoplastie de confort et esthétique, à mon avis. C’est toujours esthétique avant tout. Quand un organe vous plaît, même s’il vous gêne en termes de confort, vous faites avec ! Prenez comme exemple les seins : ce n’est pas pratique, mais on leur achète des soutiens gorges en dentelle. Autre exemple : les testicules … Quel est l’homme qui se ferait émasculer parce que « ce n’est pas confortable » ?  A mon avis, l’inconfort, c’est un alibi que présentent les patientes parce qu’elles pensent que c’est plus recevable par un médecin, mais le fond du problème est qu’elles n’aiment pas cet aspect de leur corps.

 Quant aux patientes qui sont demandeuses de cet acte,  on peut les classer en deux catégories d’âge, avec une moyenne globale à 35 ans. Les jeunes filles  au début de leur vie sexuelle, et les femmes plus âgées qui l’envisagent plus comme une « réparation narcissique » après accouchements ou séparations.

J’ai découvert combien certaines femmes sont très complexées par cet aspect de leur corps, ce qui retentit sur l’estime de soi et sur la sexualité. Certaines refusent de laisser regarder leur vulve à leur partenaire ou, ne peuvent faire l’amour que dans le noir.

 Pour la dysmorphophobie, je ne suis pas psychiatre, et il s’avère difficile de vous répondre. Est-ce que toutes les demandes de chirurgie esthétique ne viennent pas toujours d’un certain degré de dysmorphophobie…qu’on appelle aussi « complexe » ?

Avez-vous constaté une évolution dans les demandes et si oui lesquelles ? Comment l’expliquez-vous ?

S. B. L. :  Oui, de plus en plus. L’offre crée la demande, en chirurgie comme ailleurs ….

FLEURConcrètement, comment se déroule l’opération de nymphoplastie ? Est-ce douloureux ?Quels sont les risques encourus ? Y a-t-il des incidences dans l’acte sexuel, et si oui lesquelles ?

S. B. L. :  Il y a plusieurs techniques de nymphoplastie. Toutes peuvent être pratiquées en ambulatoire, sous anesthésie générale de préférence. L’intervention dure entre 30 minutes et 1h, la sortie est possible le jour même. Selon la technique utilisée, on peut reprendre l’activité professionnelle plus ou moins rapidement,  en moyenne entre 48 h à 7 jours d’arrêt sont nécessaires.

Contrairement aux arguments avancés par les opposants à la chirurgie esthétique de la vulve (New View Campaign), il n’y a pas de conséquence négative sur la sexualité, ce qui s’explique par la préservation des zones érogènes et par l’amélioration de l’image de soi, ce qui fait que les femmes sont plutôt plus à l’aise pour la sexualité après, se sentant plus à l’aise avec l’aspect de leur sexe. Cette impression est confirmée par des questionnaires de qualité de vie sexuelle et d’estime de soi remplis par les patientes avant et après l’intervention.

Quand peut-on reprendre une activité sexuelle ? Et une activité sportive ?

S. B. L. :  Pas de sport, de bains, de rapports sexuels durant les 15 jours à 1 mois selon la façon dont se déroulent les suites opératoires (oedèmes, hématome possibles). Puis, au-delà d’un mois, si on peut écrire.. « tout rentre dans l’ordre ».

Quels sont les risques en cas d’accouchement par la suite ?

S. B. L. : Aucun à ma connaissance, l’accouchement est possible par voie basse sans problème particulier.

Combien coûte une nymphoplastie et est-ce remboursée par la sécurité sociale ?

S. B. L. : Anormalement, cette intervention est remboursée par la sécurité sociale en France, ce qui est à mon sens une anomalie puisque cette intervention relève de la chirurgie esthétique qui, elle, n’est pas remboursée. Ce qui fait que les femmes peuvent se faire opérer gratuitement à l’hôpital public (dans la mesure où elles ont une sécurité sociale et une mutuelle). En ville, les tarifs dépendant des dépassements d’honoraires pratiqués par le chirurgien et l’anesthésiste.

Selon vous, existe-t-il le « risque » que le sexe idéal devienne le sexe normal ?

S. B. L. : Oui, c’est pour ça que je milite pour qu’on reconnaisse cette intervention comme une intervention de chirurgie esthétique, et non comme la réparation d’une prétendue anomalie physique.

Quels conseils donneriez-vous à une femme qui souhaiterait réaliser une nymphoplastie ?

S. B. L. : Prendre son temps et choisir un chirurgien avec qui elle se sente à l’aise. La relation avec le chirurgien contribue aussi à l’amélioration de l’estime de soi …

Enfin, quels sont les personnes du corps médical qui peuvent pratiquer une nymphoplastie ?

S. B. L. : Tous les chirurgiens formés à cette technique, le plus souvent des gynécologues et des plasticiens.

Avant toute intervention…
 Ne pas hésiter à contacter l’association ARCHES
Cette association fut fondée, il y a plus de 19 ans par Muriel BESSIS, orthophoniste de métier. En effet,  suite à des opérations de chirurgie esthétique « ratées » et après un parcours du combattant pour « être restaurée » par des chirurgiens compétents, Muriel BESSIS a choisi d’informer et de défendre les patients. Muriel BESSIS insiste sur le fait qu’avant toute opération, il est impératif de consulter trois chirurgiens, de s’entretenir avec une ou deux patientes du chirurgien choisi, et qu’il est important d’effectuer une opération de chirurgie esthétique dans une clinique conventionnée ou non. Et puis, quand on choisit d’effectuer une telle opération, c’est pour soi qu’on le fait, et non pour quelqu’un d’autre.
Muriel BESSIS se tient à disposition de tous patients qui a besoin d’informations : http://www.assoarches.com/

Contact : assoarches @yahoo.fr

Crédit photo : pomme, site kienykecom

Un patrimoine millénaire mis en lumière par les nuits romanes de Poitou-Charente
Un sexe comme je le veux !
Pulcherry Von Ober
Un regard posé sur l'esthétique car la beauté donne le ton de l'harmonie. Des papilles constamment en éveil ! http://www.sensetpeau.com/blog/ https://www.instagram.com/leschicsgourmandises/ @leschicsgourmandises

8 thoughts on “Allô, Docteur, dites-moi, dois-je faire une nymphoplastie ?”

Commentaire(s)

  • Dura estelle

    Bonjour madame,
    Les rapports sexuels la veille de l’opération, ne posent ils pas de problèmes ?

    Merci d’avance, estelle dura

    janvier 21, 2016 at 8 h 19 min
  • RE
    Je vous informe que je ne suis pas médecin. Aussi, je vous invite à contacter un professionnel de la santé pour répondre à votre question.
    Très cordialement,

    janvier 22, 2016 at 18 h 36 min
  • Jennifer

    Je ne suis pas d’accord pour dire qu’il ne s’agit que d’esthétique. J’aimerai savoir si cette chère docteur a déjà essayé de marcher nue avec ses lèvres qui lui frottent sur les cuisses de sorte qu’on ne peut pas rester nue. Si elle a déjà vécu des douleurs et des irritations dues au fait que les lèvres dépassent de la culotte. Si elle a connu aussi les douleurs liées à la pénétration de l’homme car les lèvres empêchent l’entrée du sexe masculin et s’ensuit une inflammation si le rapport est trop long. Il ne s’agit pas là d’esthétique mais de qualité de vie. Mon mari adore mes lèvres esthétiquement parlant elles ne me complexent pas, c’est les douleurs et le frein qu’elles entraînent dans ma vie quotidienne qui me donne envie de pratiquer une nymphoplastie, pas l’esthétique. Même si je vous l’accorde en plus de l’inconfort, avoir deux escalopes entre les jambes est loin d’être idéal pour l’estime de soi. Bien cordialement

    février 3, 2016 at 18 h 56 min
  • je trouve cet article très peu compatissant !!! ma jeune ado (13 ans) se plaint depuis bientôt un an d’une petite lèvre bien trop longue, tandis que l’autre est « normale » et qui la gêne particulièrement parce qu’elle se coince dans le slip, colle, etc… est ce purement esthétique ? !!! elle va subir cette opération et fort heureusement a affaire à une chirurgienne hyper compréhensive qui l’encourage pour vivre plus sereinement à se faire opérer …

    février 5, 2016 at 22 h 34 min
  • Tweety

    Bonsoir Jennifer j’ai les mêmes raisons que toi! moi mon opération est programmé le 18 février et toi ?

    février 7, 2016 at 19 h 39 min
  • Cindy

    Salut tweety
    J’ai eu un premier rendez vous avec le chirurgien pour subir une nymphoplastie, mais j’hésite encore à prendre rendez vous pour l’opération par rapport au coût mais j’ai aussi un peu peur de l’opération et des suites
    As tu subit ton opération ? Est ce que tout c’est bien passé ?
    Je te laisse mon adresse mail au cas où tu voudrais bien me donner des infos [email protected]

    février 24, 2016 at 18 h 53 min
  • Manon

    Non mis je suis outrée de lire cela de la part d’une personne qui en a fait son métier et qui est donc confrontée à rencontrer régulièrement des patientes qui souffre de cette « non-anomalie » . J’ai 19 ans, et mes lèvres dépassent des grandes lèvres, esthétiquement, cela m’est égal, mes copains ne m’ont jamais fait de remarques, sauf qu’à coté, cela me demande énormément, que je ne peux jamais avoir ces petites lèvres totalement sèches ce qui provoquent chez mois, des sortes de mycoses qui n’en sont pas, à répétition, ce qui gène mes rapports sexuels. Donc ce n’est pas l’esthétique qui fait que je n’aime pas cette partie, c’est l’inverse, le désagrément que me provoque mon anatomie, autre qu’esthétique, dans ma vie quotidien, frottement des vêtements sur sur partie sensible, douleur aux rapports sexuels, pseudo-mycoses (toute femme qui en a eu sait combien c’est invivable).
    En ce qui concerne les seins, pour celles qui en ont des trop gros, qui provoque des scolioses et des problèmes de dos, etc., il s’agit d’une intervention de chirurgie réparatrice car ayant une incidence sur le confort de vie et non pas le confort visuel à la vue de nous-mêmes, également. Et non en comparaison mes seins ne me gênent absolument pas, il n’y a pas d’inconfort, pas autant, c’est normal, ils ne me font pas souffrir à partir du moment ou ils correspondent à mon anatomie générale.

    Soyez certain d’une chose, je n’irai pas voir cette personne qui me prendrait pour une gamine de 20 ans capricieuse, alors que je souffre d’un inconfort constant et qui me dérange pour dormir, et avoir des rapports sexuels confortables.

    mars 6, 2016 at 2 h 57 min
  • Manon

    La réduction mammaire est donc remboursée dans certains cas. Pas l’augmentation, ce qui est normal, car l’inconfort est alors psychologique, manque de confiance en soi.

    Je suis vraiment désolée pour les fautes de mon précèdent message, je ne me suis pas relue et je ne peux pas le modifier.

    mars 6, 2016 at 3 h 01 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *