Danse
Trio (for the beauty of it) à la MC93, une danse collective qui laisse en dehors

Trio (for the beauty of it) à la MC93, une danse collective qui laisse en dehors

22 septembre 2022 | PAR Adam Defalvard

La pièce de Monika Gintersdorfer, Trio (for the beauty of it), propose une rencontre entre trois danseurs et leurs trois danses spécifiques, dans une perspective transnationale. Une proposition enthousiasmante qui se heurte pourtant à de gros problèmes de forme. 

Pour la beauté du geste

La metteuse en scène Monika Gintersdorfer s’intéresse particulièrement dans son travail à la possibilité d’une rencontre hybride. Dans cette perspective, trois danseurs et un DJ sont conviés à habiter la scène de la MC93 pour faire découvrir leurs univers chorégraphiques respectifs. Carlos Martinez pour la danse urbaine mexicaine, Ordinateur pour le coupé-décalé de Côte d’Ivoire et Alex Mugler pour le voguing new-yorkais. Trois danses représentatives de leurs communautés dont en attend qu’elles se rencontrent dans un moment de communion entre les danseurs. 

Pourtant, bien que certains passages de pur mouvement soient enthousiasmants et que l’énergie des danseurs soit belle à voir, la forme du spectacle paraît confuse et les passages de parole soulèvent des interrogations.

Une pédagogie qui s’emmêle

En effet, plusieurs passages parlés poursuivent un but pédagogique, afin que le public en apprenne plus sur ces danses et l’histoire des trois danseurs. Le but est louable mais quelque-chose sonne faux dans cette volonté éducative puisque ces passages sont, dans la grande majorité, en anglais non traduits. Une partie non négligeable du public ne peut alors pas recevoir toutes les informations que souhaitent transmettre les danseurs. 

Le ton est par ailleurs très enfantin dans son envie d’éduquer, toujours dans une joie exacerbée qui pourrait résonner comme une invitation à la fierté collective. Malheureusement, la non-fluidité de l’ensemble du spectacle brouille cette réception et malgré certains moments d’ensemble d’une grande énergie, le public reste en dehors de ce moment de célébration. Les différentes parties du spectacle s’enchaînent de manière arbitraire et placent donc le plaisir du spectateur au second plan. La fluidité apparaît pourtant une caractéristique essentielle lors d’un spectacle de danse. 

Pour une proposition dont le but est justement de donner à voir la beauté d’une forme chorégraphique, le manque de cohérence est forcément regrettable. 

Trio (for the beauty of it) se joue à la MC93 jusqu’au 25 septembre 2022.

Visuel : TRIO- Monika GINTERSDORFER- ©ZTS-Christian-Altorfer

La Flûte enchantée selon Robert Carsen à l’Opéra national de Paris
Une réponse intense au Patriarcat : merci la Winter Family!
Adam Defalvard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture