Théâtre
« Vivre ! » au Off d’Avignon : Juliette Andréa Thierrée grandiose en Niki de Saint Phalle

« Vivre ! » au Off d’Avignon : Juliette Andréa Thierrée grandiose en Niki de Saint Phalle

10 juillet 2018 | PAR Christophe Dard

La plasticienne, peintre et sculptrice Niki de Saint Phalle revit sous les traits de la comédienne Juliette Andréa Thierrée, totalement habitée par l’excentricité d’une artiste porteuse d’un désir d’émancipation des conventions, aussi bien dans son travail que dans sa vie personnelle.

Il n’est pas facile d’incarner une figure aussi charismatique et avant-gardiste que Niki de Saint Phalle. Mais Juliette Andréa Thierrée, qui réalise la mise en scène, le texte, les costumes et la scénographie (avec Marcelo Zitelli) de Vivre !, se glisse véritablement dans la peau de celle qui fut associée à d’audacieuses extravagances artistiques.

Entre des objets et des vêtements caractéristiques de l’univers de Niki de Saint Phalle, excentrique et fantasque, le spectateur est invité à revivre les grandes étapes de la carrière de l’artiste, en même temps qu’il assiste à une séance de psychanalyse. Niki de Saint Phalle évoque sa naissance en 1930 dans des circonstances particulières (elle a failli mourir étranglée par le cordon ombilical), les rapports avec sa mère américaine, ses débuts de mannequin et d’artiste, ses tableaux-performances « à la carabine » et, bien sûr, ses amours. Elle évoque son premier mari, le poète Harry Mathews, puis sa rencontre déterminante avec le sculpteur Jean Tinguely.

C’est une Niki de Saint Phalle aux multiples visages qui se présente au soir de sa vie, en 2002. Sorte de femme fatale hautaine, parée de longues étoles et dotée d’un fort caractère, elle rappelle qu’elle n’a jamais eu la langue dans sa poche. Mais au fil des années, la dépression nerveuse et la solitude ont fait de Niki de Saint Phalle un être de plus en plus fragile.
Hypnotique, majestueuse et saisissante d’énergie et de tristesse, Juliette Andréa Thierrée ravive l’image iconoclaste de Niki de Saint Phalle, icône féministe éprise de liberté.

Vivre !, à 21h50 du 6 au 29 juillet à l’Espace Roseau Teinturiers. Relâche les 11, 18 et 25 juillet.

Visuels : © Silvana Rostan

Tous les articles de la rédaction à Avignon sont à retrouver ici

Infos pratiques

CHACAL, LA FABLE DE L’EXIL
L’Atelier du Plateau
Magali Sautreuil
Formée à l'École du Louvre, j'éprouve un amour sans bornes pour le patrimoine culturel. Curieuse de nature et véritable "touche-à-tout", je suis une passionnée qui aimerait embrasser toutes les sphères de la connaissance et toutes les facettes de la Culture. Malgré mon hyperactivité, je n'aurais jamais assez d'une vie pour tout connaître, mais je souhaite néanmoins partager mes découvertes avec vous !

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture