Théâtre
Un Avenir radieux au Théâtre de Paris

Un Avenir radieux au Théâtre de Paris

29 septembre 2015 | PAR La Rédaction

Malgré de bons acteurs et une mise en scène agréable, Un Avenir radieux ne réussit pas à générer l’enthousiasme recherché. Quelques rires, des sourires mais un souvenir qui s’estompe rapidement.

[rating=2]

Le pitch d’un Avenir Radieux annonce une pièce plutôt légère : Liliane, mère célibataire, a invité chez elle un homme qu’elle connait à peine mais qui travaille dans son bâtiment afin de regarder la finale du télé-crochet auquel participe son fils. On découvre vite que Stéphane, financier, a eu une journée difficile et est un peu perdu. S’invitent ensuite le frère de Liliane et sa petite amie, deux personnages assez extravagants. Avec ce jeu télévisé en arrière-plan, ce sont surtout les caractères des personnages et leurs relations qui forment le contenu du spectacle. Malheureusement, il est difficile d’entrer dans l’histoire et de s’attacher aux protagonistes. Peut-être est-ce dû au thème qui peut paraitre superficiel : ce concours de chant dont on ne voit ni n’entend jamais les participants. Ou tout simplement au fait que les relations entre les personnages ne sont pas vraiment explorées et jamais clarifiées.
Ce ressenti est d’autant plus décevant que les acteurs sont très bons. Isabelle Gelinas, particulièrement, est stupéfiante de justesse. Fragile, pétillante, parfois un peu perdue, elle est tout à fait crédible. Grégoire Bonnet, également présent sur scène durant toute la pièce, contraste par son calme et sa maîtrise de lui-même. Sa lucidité face à sa situation, ses tentatives maladroites pour séduire Liliane… Tout semble correspondre à son personnage. Philippe Uchan et Anne-Sophie Germanaz, enfin, accompagnent parfaitement le couple principal, apportant de l’énergie à la pièce quand elle en manque. Ces deux rôles sont plus caricaturaux et leur couple est surprenant mais aucun des acteurs ne tombe dans l’excès.
Enfin, il faut célébrer la qualité des décors qui habillent la scène du théâtre de Paris. Tout est pensé, harmonieux, organisé. La profondeur de l’espace et les jeux de transparence permettent de nous montrer deux actions en parallèle : lorsqu’un couple discute dans le salon, on peut apercevoir les deux autres acteurs se disputer en arrière-plan. Un atout qui aurait pu être plus exploité !
En somme, un moment agréable mais qui manque de profondeur pour marquer les esprits.

Un Avenir radieux au théâtre de Paris jusqu’au 31 octobre. Une pièce de Gérald SIBLEYRAS avec Isabelle GELINAS, Grégoire BONNET, Philippe UCHAN et Anne-Sophie GERMANAZ.

Gabrielle Huet

Visuel : C.Nieszawer

Louis Althusser, « Des rêves d’angoisse sans fin », Récits de rêves (1941-1967) suivi de Un meurtre à deux (1985).
La musique sauve, Mozart, Bach, Accentus, Insula Orchestra et Equilbey le prouvent
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *