Théâtre
Rosa Bursztein sur tous les fronts de l’humour

Rosa Bursztein sur tous les fronts de l’humour

22 janvier 2022 | PAR David Rofé-Sarfati

L’humoriste Rosa Bursztein est à l’affiche de la Nouvelle Seine avec son deuxième one-woman-show tout simplement intitulé « Rosa ». Le spectacle très drôle est transgressif et  rafraîchissant. 

Complexes, névroses, célibat, plaisir féminin, histoires de cul foireuses, rendez-vous chez le psy, relations avec ses parents ou rapport à sa judaïté… il y a, chez Rosa une urgence à dire haut et fort sa vérité. Hier soir la Nouvelle Seine annonçait complet  pour son déjà deuxième spectacle, en reprise du Point-virgule. Il y a peu encore  Rosa faisait la première partie de Marina Rollman. La veille son éditeur publiait son livre, poétiquement titrée Les mecs que je veux ken.  Ses podcasts se retrouvent sur toutes les plateformes.

L’artiste à l’énergie démesurée combine trois talents: elle est une magnifique comédienne (Elle a joué, au cinéma, dans le dernier Klapisch, « Deux Moi », mais aussi dans « Selfie » et « Sauver ou Périr »), elle possède l’intelligence du public qui sied aux meilleurs stand-up,  et elle a des choses à nous dire, beaucoup! 

Extrait : Cher public, il faut que vous sachiez, avant de prendre vos places, que ma relation la plus longue, 7 ans, c’était avec un homme que je voyais toutes les deux semaines le lundi à 15 h : mon psy ! Pour que ça dure entre un homme et moi, faut pas qu’on se touche et que ce soit principalement moi qui parle. Pendant une heure, on va un peu être en couple.

Forte d’un narcissisme autocentrée, et en même temps d’une authentique générosité vers son public, Rosa débarque sur scène par la salle, traversant les rangées de fauteuils ; elle apparaît en peignoir de soie écossais, commence par parler d’elle à la troisième personne du singulier, avant de passer au je. Son style et son humour sont cash, cru, cru, cru sans jamais être vulgaire.

Elle parvient à tout faire passer, par son talent, par son sourire et par un romantisme décalé. En bonne psychanalysée, elle sait appeler un chat un chat. La médiation viendra de son public, de son art de la comédie ou de la bande-son. Elle parle de fellation ou de cunni sous l’air des parapluies de Cherbourg, accepte de décrire l’anatomie de son sexe en détail mimant de sa paume de main sa propre vulve,  elle sait aussi évoquer la Shoah dans une blague juive hilarante que seuls les Juifs osent imaginer ;  elle s’autorise à rouspéter après ses parents communistes ; elle se permet aussi de haïr son peuple tout en l’aimant, elle petite Juive ashkénaze parisienne élevée dans  un doux mépris pour ses coreligionnaires orientaux.

Rosa Bursztein est incontournable à qui veut s’offrir une soirée de rires toujours rafraîchissants jamais glaçants. La comédienne-autrice-standupeuse est héritière de cet humour juif qui se constitue d’autodérision autour de l’image de la victime toujours attachante et au final victorieuse. Elle est une Woody Allen en femme, toute aussi obsédée sexuelle que lui.

C’est merveilleux, à ne pas rater.

Du 24/09/2021 au 26/03/2022 à 21H00
La Nouvelle Seine , Face Au 3, Quai Montebello 75005 Paris

Visuel Affiche

 

« Commencer à vivre humainement » : Rosa Luxemburg épistolière
Picasso revisité par le Ballet du Capitole
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture