Théâtre
Richard II, famille je vous hais au Festival d’Avignon

Richard II, famille je vous hais au Festival d’Avignon

25 juillet 2022 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Christophe Rauck dirige d’une main de maître Micha Lescot dans une mise en scène léchée et totally british.

« La douleur rebondit là où elle tombe »

C’est flou les relations familiales. Qui peut sérieusement dire l’inverse ? L’histoire (occidentale) de l’humanité a même commencé avec un frère qui tue son autre frère. Chez Shakespeare, les liens du sang sont toujours sur-infectés et Richard II est un modèle du genre. La pièce, fait partie du cycle Histoires (Histories) de William Shakespeare dédié aux rois d’Angleterre, s’ouvre sur un fait d’actualité de l’époque.

Disons que l’affaire serait aujourd’hui en top tweet. Pour nous, quelques siècles plus tard, le contexte est un peu flou lui aussi. La pièce s’ouvre en 1398 sur une violente querelle entre Bolingbroke et Mowbray. Il y a eu trahison et elle sera punie d’exil. Et autant dire que les vieux cousins ne sont pas d’accord avec cette sentence.

Ce flou-là, Christophe Rauck le symbolise avec un rideau de voile semi-opaque. On devine le corps gracile de Micha Lescot qui détonne par le blanc de son costume. Chaque comédien est posé sur un halo de lumière dans une esthétique qui fait penser à l’univers de Joël Pommerat, toute en noir et blanc.

« Le roi n’est plus lui-même »

Quand le rideau s’ouvre, nous découvrons une scénographie épurée et splendide, faite uniquement de deux gradins manipulés à la main et de projections faisant office de décor (un palais, des vagues…). Nous voici plongés dans un milieu d’hommes (il y a une seule femme dans la pièce, la reine, qui n’a rien d’autre à faire qu’attendre). Ils sont tous cousins ou oncles et ont tous une seule idée en tête : couper celle du roi.

Il faut dire que ce despote-là énerve. Monté adolescent sur le trône, il n’a cessé de vider le trésor et d’offrir des titres à tout va. Cela en est trop pour Bolingbroke et Mowbray qui feront tout pour se venger.

Les costumes sont des complets aux détails délicieux. Tissus prince de galles (cela ne manque pas d’humour), ou bleu-En Marche. Les vêtements sont ici aussi politiques que les mots.

Dans sa mise en scène expressionniste où la troupe est particulièrement mise en lumière, Christophe Rauck vient faire résonner cette histoire avec la crise politique que nous traversons.

 

 

 

Jusqu’au 26 juillet à 18h (durée 3H15), puis à Nanterre-Amandiers du 20 septembre au 15 octobre

Visuel : Richard II, Christophe Rauck, 2022 © Christophe Raynaud de Lage / Festival d’Avignon

Tous les articles de la rédaction à Avignon sont à retrouver ici.

 

La Mâtrue – adieu à la ferme, le one-woman show paysan de Coline Bardin à la Selection Suisse
Rhinocéros de Ionesco avec la merveilleuse Catherine Hauseux
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture