Théâtre
Respire par Romane Bohringer à La Scala Paris : le grand combat d’une mère

Respire par Romane Bohringer à La Scala Paris : le grand combat d’une mère

19 septembre 2022 | PAR David Rofé-Sarfati

Une pièce formidable à ne pas manquer à la Scala Paris  : Respire raconte le combat d’une femme une nuit durant dans un couloir de maternité. Romane Bohringer est cette femme, cette combattante. Dirigée et mise en scène par Pachinka Velez, la comédienne nous emplit du texte aiguisé de Sophie Maurer.

Le combat d’une femme abandonnée à elle même

Une nuit durant, dans un couloir de maternité, une mère attend.  Son enfant née quelques heures auparavant ne respire pas sans l’aide d’une machine.  À la naissance, les poumons du nouveau-né sont remplis de liquide, les alvéoles sont collabées, les premières respirations sont pénibles. Elles ne se sont pas produites, l’enfant est en réanimation, la mère est derrière une vitre, demain matin le médecin viendra lui parler, quand le mari sera là, qui est avec la sœur aînée de l’enfant. Qu’elle aille se reposer, il est trop tôt pour… mais… derrière la vitre qui les sépare, la mère parle à sa fille, pour tenter de l’attirer vers le monde des vivants. Les mots de la mère sauront-ils remplacer le respirateur, parviendra-t-elle à respirer seule.  Cette femme forte, lumineuse, entre instinct maternel et tactique mystique ne se taira pas devant la mort qui menace.

Le texte raconte un combat. La pièce s’est appelée un temps  Héméra  divinité de la mythologie grecque de l’Antiquité qui incarne la lumière terrestre et personnifie le Jour. Une nuit entière, une femme va tenter de faire venir le jour. 

Respire est l’histoire de son combat.

Romane Bohringer impressionne

Sophie Maurer a écrit un texte poésie, un texte chant, un texte impossible à interpréter tant il faut veiller sans cesse à ne jamais ajouter une émotion exagérée. Devant l’enjeu, de vie ou de mort, les manigances sont inutiles ;  ni la colère,  ni les vitupérations ni la plainte ne sauront se jouer de la terrible menace. Romane Bohringer garantit cette finesse ; elle interprète une mère digne, sans pathos, face à la mort qui rôde autour de sa fille. Elle offre toute sa voix, et son corps à cette mère qui souffre sans ciller, qui crie le vivre à sa fille tout en murmurant son désespoir. Elle parle au ciel, à la mort elle même, à sa fille. Elle inquiète constamment de se briser, mais ne se brise pas. Le public est aimanté autant par le suspens que par cette femme qui invente indéfiniment des mots comme des armes, qui ne renonce pas une seconde à accueillir son enfant dans un hurlement sourd.

La scénographie imaginée par Pachinka Velez nous place entre ciel et terre. Suspendus aux lèvres de Romane Bohringer, nous flottons au sein de la scénographie. L’enveloppe musicale au plateau de Bruno Ralle finit de fabriquer cette lévitation et notre proximité avec Romane, seule face à nous. 

Une pièce bouleversante dont on ne sort pas indemne. 

Respire
De Sophie Maurer
Mis en scène – Panchika Velez
Avec Romane Bohringer et Bruno Ralle

La Scala Paris
Du 15 septembre au 8 octobre 2022

Visuel Affiche

Les Lendemains de Veille, l’histoire de Vincent, Malo, Lola, Matéo, Blaise et Xavier
Sasha Ivanov : « Mon personnage m’a laissé beaucoup de liberté d’interprétation » (Interview)
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture