Théâtre
Le rêve d’un homme ridicule de Fédor Dostoïevski à l’Épée de bois

Le rêve d’un homme ridicule de Fédor Dostoïevski à l’Épée de bois

04 octobre 2020 | PAR David Rofé-Sarfati

Francois Jaulin s’empare dans une mise en scène figurative de la nouvelle de Dostoïevski  avec Nicolas Cartier dans le rôle titre. Il nous offre à entendre les thèmes chers au romancier russe dans une pièce captivante.

Un rêve philosophique

« Je suis un homme ridicule. Maintenant, ils disent que je suis fou. Ce serait une promotion, s’ils ne me trouvaient pas toujours aussi ridicule. Mais maintenant, je ne me fâche plus, maintenant je les aime tous, et même quand ils se moquent de moi ».

Un homme vient de décider soudainement de se suicider lorsqu’il croise une petite fille en détresse. Il renvoie l’enfant. De retour chez lui, il est rattrapé par la culpabilité. Il s’endort et fait un rêve où il rencontre un homme qui le mène sur une planète peuplée d’hommes bons menant une vie harmonieuse. Au contact de notre homme ridicule ce peuple ira à sa perte. À son réveil il comprend qu’il a corrompu par la haine, la discorde et le désespoir tout un monde utopique. Il deviendra prêcheur et ira retrouver la petite fille.

Un rêve candide

La nouvelle traverse les thèmes favoris de Dostoïevski. Celui qui perd sa mère très jeune puis voit son père mourir dans un lynchage organisé par ses propres serfs a travaillé tout au long de sa vie littéraire les questions du suicide, de la souffrance, du ridicule et de l’enfance désenchantée. Nous sommes en 1877, en pleine révolution industrielle et l’occident croit à une promesse du bonheur par la science et la médecine. Exalté par cet espoir scientiste on croit à un jour prochain où même la mort disparaîtra. A cette foi naïve s’oppose l’homme ridicule dans une véritable expérience initiatique, tout autant naïve où l’on rencontre la veine mystique et messianique de celui qui écrira bientôt les Frères Karamazov.

Au sein de la création lumière réussie de Julien Kosellek, François Jaulin crée une scénographie figurative à base de symboles, de reliquaires, d’objets totémiques et de vidéo. L’accumulation des motifs scéniques enveloppe Nicolas Cartier qui s’en échappe pour défendre cette naïveté apprenante et contributive.  Le comédien est admirable ; il restitue la lettre et l’esprit du texte. Il en recrée la force aussi.  La pièce se joue dans la salle Studio qui adopte désormais des  nouveaux sièges silencieux ; elle est un très bon choix.

 

 

 

LE RÊVE D’UN HOMME RIDICULE

de Fédor Dostoïevski 

à l’Epée de Bois 

Durée estimée : 1h10 

Représentations :
Du 1er au 18 octobre 2020
Du jeudi au samedi à 20h30
Samedi et et dimanche à 17h

 

Crédit photo : ©Petra Körösi

Les fleurs de cerisiers en berne : Kenzo Takada s’est envolé
Exposition Wildlife Photographer of the Year : un bestiaire sauvage et émouvant s’expose à Elbeuf
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *