Théâtre

Avignon OFF : ICI, IL N’Y A PAS DE POURQUOI! de Tony Harrisson d’apres Primo Levi à la LUNA

Avignon OFF : ICI, IL N’Y A PAS DE POURQUOI! de Tony Harrisson d’apres Primo Levi à la LUNA

16 juillet 2018 | PAR David Rofé-Sarfati

Ici, il n’y a pas de pourquoi ! est le témoignage poignant d’un individu arrêté et incarcéré dans un camp. Le roman témoignage de Primo Levi rescapé de Auschwitz fut adapté au théâtre par Levi et Pieralberto Marché. 

primo0Le témoignage de Primo Levi fut d’abord un rapport technique commandé par les alliés pour décrire au mieux le fonctionnement du camp de concentration et du camp d’extermination. Le ton du roman en a gardé la littéralité. Tony Harrisson et Cécilia Mazur en ont fait un seul en scène comme une leçon d’humanité émouvante et universaliste.

Après avoir été rasé, tondu, tatoué, dépouillé de tout ce qui faisait de lui un homme, le personnage se dépersonnalise et s’il parvient à survivre c’est en assimilant les codes du camp et aussi grâce à une chance inouïe. Le jeu de Tony Harisson autour de son corps rend compte brillamment de ce décollement entre corps et pensée au moment où l’individu à force de déshumanisation et de déconscientisation en perd jusqu’à sa propre personne.

Construire un objet culturel autour du devoir de mémoire est périlleux car la Shoah reste un inracontable sauf à refuser toute symbolisation et figuration. La hollywoodienne « Liste de Schindler » grignote le réel de la cruauté nazi et l’odieux « La vie est belle » de Roberto Begnigni transforme la Shoah en une bouffonnerie du Festival de Cannes. Le péril était maximal.

Tony Harisson a su éviter ce deuxième anéantissement. Car par la scénographie minimaliste centrée sur le corps du comédien et par les percussions de Guitoti  la pièce se fabrique devant nous comme un rêve ou un conte; un songe où Harisson a choisi d’éliminer les éléments spacio-temporels, une voix off enregistrée finit de distordre le temps, et qui ainsi réussit à saisir l’horreur tout en faisant raisonner le texte de Primo Levi. Il doit en être remercié. La pièce est belle et vertueuse. De surcroît mais c’est certainement son premier propos Tony Harrisson parle directement à notre humanité. Une pièce définitivement tout public.

 

ICI, IL N’Y A PAS DE POURQUOI !
LUNA (THÉÂTRE LA)
14h25
durée 1h05

 

Credits Photo Erez Lencher

Tous les articles de la rédaction à Avignon sont à découvrir ici.

Infos pratiques

Théâtre des Doms
Théâtre du Petit Louvre
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *