Théâtre

« Homocordus » : un voyage poétique et pédagogique à travers l’histoire de la musique

« Homocordus » : un voyage poétique et pédagogique à travers l’histoire de la musique

04 mars 2015 | PAR Prescillia Rodax

Musiciens hors pair et comédiens en devenir, les membres du trio zOrozora manient l’humour aussi bien que leurs instruments, dans une mise en scène énergique et polyphonique.

[rating=4]

Vêtus d’une simple peau de bête, Hélène Duret, Sylvain Rabourdin et Charly Astié nous embarquent au cœur du paléolithique. Lumière tamisée, dessins préhistoriques projetés et bruits issus de la savane : l’immersion est soignée, à la fois minimaliste et totale. Résonnent alors en écho les premiers cris de nos hommes des cavernes, entrainés dans une découverte primitive des sons, créés par de modestes instruments ou par leur propre corps. Et c’est ainsi qu’apparaissent les balbutiements de cette partition historicomusicale, qui se prolonge chronologiquement jusqu’au XXIe siècle, dans une variété de styles virtuoses et éclectiques.

Emporté par les applaudissements rythmés du public, le trio zOrozora incarne tour à tour des grandes figures telles que Lully, Vivaldi, Bach ou encore Paganini, mis en scène dans de mélodieuses saynètes comiques. Manquant parfois un peu de justesse dans ces instants de théâtralité, la joyeuse troupe se rattrape malgré tout dans un humour potache mais efficace, et prouve toute sa virtuosité dans de grandes prouesses musicales. Et c’est avec Sylvain Rabourdin, incarnant magistralement la spiritualité de Bach, que le spectacle arrive à son apogée. Un morceau de bravoure parfaitement maîtrisé, qui met en lumière le talent indéniable de son auteur.

Cocasse mais pédagogue, Homocordus joue sur un éclectisme scénique bienvenu, dans une scénographie et une esthétique soignées. Et si le côté éducatif du spectacle mériterait d’être davantage dilué, sa prépondérance musicale est quant à elle prodigieuse, et réalisée sans fausse note. Une osmose qui réunit les arts de la scène et entraîne le public dans un voyage poétique extraordinaire.

Homocordus par zOrozora, avec Hélène Duret, Sylvain Rabourdin et Charly Astié, mise en scène de Richard Navarro et direction musicale de Guy Bertrand. En tournée dans toute la France et de retour à Paris en septembre 2015.

Visuel : © zOrozora

To See in Paris (March, 2)
« Les armoires normandes », La Passion selon Les Chiens de Navarre
Prescillia Rodax

One thought on “« Homocordus » : un voyage poétique et pédagogique à travers l’histoire de la musique”

Commentaire(s)

  • Jacqueline AVENEL

    Spectacle de qualité
    enchanteur

    mars 6, 2015 at 17 h 28 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *