Théâtre

Et tout le monde s’en fout… mais toute la culture en parle!

Et tout le monde s’en fout… mais toute la culture en parle!

24 décembre 2019 | PAR Geraldine Elbaz

Un spectacle engagé, présenté sous la forme d’un faux séminaire inspiré de la série web éponyme qui traite de sujets d’actualités tels que l’écologie, les relations humaines, le sexisme ou encore la dissonance cognitive, quand nos actions sont en contradiction avec nos valeurs. 

Axel Lattuada, 35 ans, est seul sur scène : sweat à capuche bordeaux, cheveux ébouriffés, lunettes à montures transparentes, jean, baskets, il campe le personnage principal de la web-série phénomène Et tout le monde s’en fout, créée en 2017 qui comptabilise aujourd’hui plus de 82 millions de vues sur Youtube et Facebook.

A l’écriture, ils sont trois : Axel donc mais aussi les frères Fabrice et Marc De Boni, très complémentaires puisque le premier est comédien, le deuxième metteur en scène et coach spécialisé en neurosciences et le troisième, journaliste.

Ces trois Don Quichotte qui se battent contre l’apocalypse tentent de nous faire prendre conscience non sans humour qu’avec un peu de bienveillance et d’empathie, en prenant soin de la planète et de nos relations (en commençant par nous-mêmes) nous pourrions finalement contribuer à construire un monde meilleur.

Alors, si le slogan de l’humanité se résume à faire n’importe quoi en étant sûr d’avoir raison, comment faire pour sensibiliser et responsabiliser un maximum de personnes sur des questions universelles comme le plastique, les déchets carbone et nos modes de vies inadaptés au respect de l’environnement ?

On va mesurer avec un «foutoscope», néologisme d’Axel, l’intérêt du public sur ces sujets sensibles pour essayer de mettre en place ensemble un monde «pas raté», comme il l’écrit à la craie sur son ardoise, brandie comme l’étendard d’une lutte acharnée.

Si la théorie de l’évolution selon Darwin est basée sur deux principes que sont la compétition et la coopération, la bienveillance nous démontre que tant qu’il y a des perdants, personne ne gagne.

Finalement, en prenant soin du monde, vous prenez soin de vous et inversement, ce qui rejoint la célèbre phrase de Ghandi : «Incarnez le changement que vous voulez voir dans le monde».

Depuis le début des représentations, le spectacle affiche complet et une tournée est prévue en 2020.

 Visuel : ©Laurent Sigwald

Et tout le monde s’en fout, le spectacle
Comédie des Boulevards
Tournée en 2020 et de nouvelles dates à l’Européen en juin 2020.
Durée : 1h15

« Où sont passés vos rêves ? » Rencontre avec Alexandre Prévert
Axel Lattuada : « Il faut sortir de la culpabilité de l’imperfection. »
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *