Théâtre

Elise Thiébaut nous dit tout sur le rouge à la Manufacture des Abbesses

Elise Thiébaut nous dit tout sur le rouge à la Manufacture des Abbesses

19 décembre 2019 | PAR Amina Lahmar

Du mercredi au samedi, jusqu’au 28 décembre, Elise Thiébaut, autrice de Tout sur le Rouge, laisse la scène au jeu d’actrice d’Aline Stinus à la manufacture des Abesses. Dès 19h, le public assiste à une réflexion théâtrale sur les cycles que les femmes peuvent traverser au cours de leurs existences, mais pas seulement.

Sur scène, à vrai dire, il n’y a pas grand chose; une table, une chaise quelques éléments du quotidien. Ce qui frappe avant tout c’est ce mannequin habillé d’une robe imposante, rouge à froufrou. Installé au fond de la scène, un tissu de la robe traverse les planches. Le mouvement du textile forme une espèce de rivière, comme pour rappeler le sang qui s’écoule lors des règles. La mise en scène en scène de Caroline Sahuquet laisse la place première au corps de l’actrice, Aline Stinus. C’est la comédienne qui utilisera ses éléments pour les faire vivre. La table deviendra tantôt une table à manger, où on fête la venue des règles en famille, tantôt un appui pour expliquer ce qu’est le mystérieux vagin. Les vêtements qui suivent un code couleur, haut rouge , pantalon noir et chaussures rouges, font également partie de la scénographie. Les costumes deviennent des outils narratifs changeront au fur et à mesure, pour nous transporter dans les différentes temporalités du récit, car ce qui importe avant tout c’est bien le récit, signé Elise Thiébaut.

Un spectacle intelligent

Elise Thiébaut est une récividiste. L’autrice de Tout sur le Rouge n’en est pas à son premier coup d’essai en matière d’écriture sur les femmes et les tabous féminins. Côté plume, il faut avouer que la pièce est intelligemment écrite. En effet, le tenant pédagogique est important. Accessible, le texte s’appuie sur les cycles féminins pour nous emporter dans diverses réflexions. Bien entendu, les règles qui rythment le spectacle sont le point de départ. Le rouge est présenté dans tous ses états: la sexualité, le désir, la maternité ou encore le droit des femmes. Le rouge, couleur devient en quelque sorte l’approche ou le symbole des femmes dans leurs joies, colères, espoirs, questionnements et révolutions. La pièce est plutôt bien construite, bien que l’on puisse s’interroger vers la fin. On entre dans une espèce de capsule narrative, où on assiste au témoignage supposé de l’autrice. Cette bulle déstabilise la fluidité du scénario. Néanmoins, cet effet « deuxième partie » plutôt assumé par un noir complet dans la salle qui l’introduit, n’est pas désaccomodant en tout point. C’est un choix qui peut faire comprendre l’utilité de la création de Tout sur le rouge et renforce le lien d’empathie entre l’autrice, l’actrice et les spectacteurs. Ce temps ne rompt pas entièrement avec l’esprit fondateur du script car Elise Thiebaut reste intensément cramponnée au rouge.

Une performance accrochante

Il y a une certaine légèreté dans le style d’écriture. Proses, rimes, calembour, ou humour… L’actrice maîtrise les techniques théâtrales pour les mettre en valeur, cependant, l’interprétation peut sembler quelques fois exagérée.  C’est lorsque la comédienne se détache de sa fonction d’actrice, que sa performance créé de l’émotion. En effet, on assiste à un témoignage touchant. Malgré le sur-jeu par moment, la performance reste accrochante. Nous n’en perdrons pas une seule miette.

 

Bande annonce:

Dates :

Du 27 novembre au 28 décembre 2019, relâche le 25 décembre.
19H | Mercredi, jeudi vendredi, samedi
Théâtre de la Manufacture des Abbesses, Paris 18

 

Playlist du Lac des Cygnes par Le Ballet de l’Opéra de Kiev
Le top musique de la rédaction 2019
Amina Lahmar

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *