Théâtre
« Dispersion » à Versailles : pour Carole Bouquet et les silences de Pinter

« Dispersion » à Versailles : pour Carole Bouquet et les silences de Pinter

19 novembre 2014 | PAR Geoffrey Nabavian

Créée à l’Oeuvre, cette mise en scène de Gérard Desarthe est présentée pour trois soirs au Théâtre Montansier de Versailles, scène qui l’a coproduite. Carole Bouquet s’y révèle très convaincante. On s’attache aux mots, grâce à elle, et au traitement du silence, intelligent. Même si on ne parvient pas à atteindre un vertige qui nous transporterait, on écoute. Et certaines phrases acérées nous touchent.

[rating=3]

DispersionAvant les Célestins de Lyon, Dispersion vient semer son trouble au Théâtre Montansier de Versailles, dirigé par Geneviève Dichamp et Frédéric Franck. Dans son architecture à l’italienne vient s’insérer ce décor d’appartement sous des combles, blanc, moderne, et recouvert de phrases tapées à la machine. Décor que seuls des effets de lumière viendront bouleverser. Lueurs d’après-midi, puis de soir, lumières de réverbères, puis du jour suivant… Delvin et Rebecca, les deux personnages, qui semblent vivre en couple, restent enfermés un long moment. C’est que Rebecca parle d’un amant qu’elle a eu… Et d’une histoire violente…

Le passage du temps et l’épuisement ne se font pas trop ressentir. Gérard Desarthe, interprète du mari, reste trop sur la même note. Détaché et comme pressé, il ne pousse pas à ce qu’on s’attache à lui. Difficile d’être au four et au moulin, sur Harold Pinter… Sa mise en scène ne fait pas ressentir la profondeur du vertige traversé. Car les effets de la collision entre le passé de Rebecca, le présent et les blessures de l’Histoire ne sont pas rendus explicites. Aucune de ces trois dimensions ne s’incarne vraiment : la scène et les corps sont bien trop calmes. Le dialogue ne se constitue pas en récit. En revanche, le traitement du silence a du bon en ce qu’il crée un rythme. Au début, le bruit de machine qui se déclenche à chaque prise de parole irrite. Mais lorsqu’il s’arrête, et qu’une pause a lieu entre les interlocuteurs, on en vient à ressentir une tension. A guetter. A redouter qu’un mot sorte, et produise un effet dévastateur. Ce traitement de la matière textuelle paraît juste : on regrette que cette dernière ne donne pas naissance à un vrai récit.

Il n’y a plus, dès lors, qu’à observer comment Carole Bouquet le prend en charge, ce texte. Pas avec les accents éthérés qu’on lui connaît. Ici, elle est dans le concret des mots. Lorsqu’elle évoque, péniblement, son passé (fictif ?), elle prend son temps et se laisse happer. Sa voix déraille. Et on se représente ce qu’elle décrit. L’« agence de voyage », qui n’était sûrement qu’un entrepôt cachant des trafics… Les dimensions apparaissent. Etonnemment, on comprend Harold Pinter. Manque juste à la mise en scène un peu de chair, pour que l’on ressente l’esprit tourmenté du dramaturge…

Dates suivantes de Dispersion :  du 12 au 24 mai 2015 à Lyon (Les Célestins).

Dispersion d’Harold Pinter. Mise en scène de Gérard Desarthe. Avec Carole Bouquet et Gérard Desarthe. Production : Théâtre de l’Oeuvre et Théâtre Montansier. Durée : 1h05.

Visuel : © Dunnara MEAS

Infos pratiques

Juste Debout School
BNF-Arsenal
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture