Théâtre
Dieu Brando et moi, une poignante blague juive

Dieu Brando et moi, une poignante blague juive

08 juillet 2021 | PAR David Rofé-Sarfati

Patrick Simon défend avec un talent rare et une énergie communicative un texte biographique émouvant de Gilles Tourman sur le destin de Daniel Milgram, comédien juif percuté par la grande histoire de la Seconde Guerre mondiale. 

En 1940, Daniel Milgram, enfant Juif, est recueilli par une famille protestante dans un village refuge des laissés-pour-compte : Chambon-sur-Lignon. À la sortie de la guerre, survivant de la catastrophe, il croit devoir au moins devenir l’équivalent de Marlon Brando, acteur adulé par son père. Deux fauteuils à oreille se font face dans un décor minimaliste. L’un accueille Patrick Simon (Daniel Milgram), merveilleux comédien, littéraire et en même temps cinétique. L’autre fauteuil accueille et figure l’âme du père, sa nechama à qui le fils  va s’adresser au cours d’un long monologue cathartique, une exploration bilancielle de sa vie et de ses origines. Nous remonterons jusqu’à Adam, passant par Moïse et l’exode des Juifs depuis l’Égypte, nous emprunterons le long chemin de la pérégrination du peuple juif. Nous rencontrerons au bout de ce voyage historique ce pasteur protestant, juste parmi les nations, qui avec sa femme sauva des enfants juifs (le pasteur André Trocmé, fondateur du collège Cévenol a contribué à sauver 5 000 personnes pendant la Seconde Guerre mondiale dont 3 500 juifs parmi lesquels beaucoup d’enfants). Puis viendra l’après-guerre, particulière en ce sens que les survivants se doivent à la mémoire des disparus. 

Le texte est fabuleux et fin. On retrouve l’humour d’autodérision du peuple juif, son talent unique à négocier avec son Dieu. Les blagues juives se succèdent plongées dans l’aigre-doux de la chronique de la déportation et de l’extermination. In extenso, selon Tourman – et c’est délicieux – l’histoire même du peuple juif serait la blague juive princeps. On rit beaucoup et on s’attache à ce quinquagénaire séducteur et souriant aux prises avec son histoire, sa mère juive, son mariage et avec la dette ardente à son peuple. 

Milgram-Simon partage avec nous dans une adresse tendre au public ses rêves et ses déceptions. L’humour est talmudique, cabalistique, psychanalytique et toujours poétique. La pièce très applaudie fait œuvre de mémoire et nous rappelle le talent du comédien Patrick Simon. 

 

Dieu Brando et moi, de Gilles Tourman, mise en scène et scénographie de Patrick Simon et Maurice Zoui, texte de Gilles Tourman, sur une idée de Daniel Milgram, avec Patrick Simon, durée : 1 h 15 

Au Verbe fou, Salle climatisée, 95 rue des Infirmières, 16 h 00.

Crédit Photos © Lot

Terreur féministe à Montpellier danse avec Pour de Daina Ashbee
Avignon OFF : Trois ruptures de Remi De Vos au Théâtre des brunes
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture