Théâtre
Christian Benedetti monte en son théâtre l’intégrale de Tchekhov

Christian Benedetti monte en son théâtre l’intégrale de Tchekhov

23 mars 2022 | PAR David Rofé-Sarfati

Christian Benedetti qui fut le premier metteur en scène en France à monter Sarah Kane d’Edward Bond, travaille et crée depuis 2010 autour de l’oeuvre de Tchekhov. Au fil des ans il a mis en scène toutes les grandes pièces du dramaturge russe. Pour l’intégrale, il y ajoute les pièces en un acte.

La première fois comme tragédie, la seconde comme farce

Anton Tchekhov aura bel et bien asséné jusqu’à son dernier souffle que ses pièces, en particulier La Cerisaie sont des comédies.  Christian de Benedetti a exaucé Anton Tchekhov et restitue l’humour violent et doux à la fois aux accents slaves de ces  farces philosophiques et sociales.

Pour l’intégrale, le metteur en scène, qui est aussi un charismatique bel homme, s’est arrogé les rôles de séducteurs : l’écrivain profiteur mais criant de vérité quand il décrit les affres de l’écriture dans La Mouette, le savant médecin philanthrope dans Oncle Vania, le charmeur et conquérant marchand Lopakhine dans La Cerisaie. C’est depuis ces rôles à la forte présence qu’il joue les chefs d’orchestres d’un ballet où le rythme est savamment mesuré. Il joue sur le débit du texte et l’on sourit souvent à écouter les  répliques parfois comme slammées mais avec naturel. La comédie est vivante.

Le rythme parfait

Le théâtre ce n’est pas les mots interrompus par le silence, mais bien l’inverse : le silence interrompu par les mots. Benedetti nous invite à prendre Tchekhov au pied de la lettre : Il faut effrayer le public, c’est tout, il sera alors intéressé et se mettra à réfléchir une fois de plusLa mise en scène est comme à chaque fois efficace et orientée vers le jeu des comédiens. Par une compréhension très littérale des pauses indiquées dans les didascalies, les personnages se figent parfois. Les changements de décor, signature de Benedetti, sont exécutés par la troupe au complet et devant le public. La mécanique fonctionne. On reconnaît la patte de Christian Benedetti et de Nina Villanova dans chaque décor, épuré et sans contours. Les personnages se croisent dans un ballet à la précision horlogère. Nos imaginaires sont convoqués par le truchement d’un presque rien, d’une armoire, d’un bureau, d’un lit d’enfant. Chez Benedetti, à la direction d’acteurs reconnue, l’adhésion de la troupe, si impliquée est grosse de la nôtre. Les faux semblants des personnages sont exposés dans toutes ces pièces qui parlent des relations entre les êtres, de leur socialisation toujours difficile ou empêchée. Par exemple, Christian Benedetti joue un  Lopakhine qui  lui-même interprète son personnage social, comme chacun de nous le fait lorsqu’il s’agit d’être soi même. C’est épatant.

Cinq pièces. d’Anton Tchekhov  pour 137 évanouissements

Benedetti explique : L’évanouissement n’est pas une maladie. L’évanouissement est une arme de combat. L’évanouissement est le seul moyen de ne pas étouffer totalement, d’échapper à l’asphyxie.

Les tragédies de Tchekhov s’échapperaient ainsi du drame vers la comédie? Peut-être. L’expérience du spectateur est dans cet entre deux. Le plaisir intense construit par le metteur en scène est par ailleurs défendu par une troupe merveilleuse. Toutes les pièces de cet intégral sont à voir et à revoir.  Les moments de grâce sont nombreux. Citons le moment où Lopakhine annonce qu’il a acheté la cerisaie par Christian Benedetti, les nombreuses tirades de Vania par un inoubliable Daniel Delabesse, le final des trois sœurs avec Olga interprété par une brillante Marilyne Fontaine, Irina jouée par Leslie Bouchet qui se demande dans les trois soeurs encore: Dites-moi : d’où vient que je me sens si heureuse aujourd’hui etc etc… La troupe est très homogène en qualité, ils ont tous formidables ; nommons-les : Brigitte Barilley, Leslie Bouchet, Olivia Brunaux, Stéphane Caillard, Vanessa Fonte, Marilyne Fontaine, Hélène Stadnicki, Martine Vandeville, Julien Bouanich, Baudouin Cristoveanu, Philippe Crubézy, Daniel Delabesse, Alain Dumas, Marc Lamigeon, Alex Mesnil et  Jean Pierre Moulin, immortel Firs. 

Le public lance des bravos sonores  mérités

 

Intégrale de Anton Tchekhov 

Nouvelles traductions
Brigitte Barilley, Christian Benedetti, Laurent Huon, Daria Sinichkina, Yuriy Zavalnyouk
Scénographie et mise en scène Christian Benedetti
Collaboration artistique Genica Baczynski, Laurent Klajnbaum, Alex Jordan

Théâtre-Studio d’Alfortville 

Du 9 mars au 24 avril : Ivanov, La Mouette, Oncle Vania, Trois Soeurs, La Cerisaie À partir du 11 mai s’ajouteront Les Pièces en un Acte, puis à partir du 18 mai Sans Père (Note de la rédaction : Platonov dans une nouvelle traduction).

Billetterie en ligne via ce lien : www.theatre-studio.mapado.com

 

 

Crédit photo ©Olivier Wittner

Edwin Crossley-Mercer dans le « Winterreise » : « Depuis mes 17 ans je n’ai pas remis un pied sur la scène de l’opéra de Clermont-Ferrand »
True detective est de retour
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture